Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

29 juillet 2012 7 29 /07 /juillet /2012 02:54
Poussés par la misère et le chômage
algerie-maroc-copie-1
Il ne se passe pas un jour sans que l’on nous signale l'arrestation, ici et là, de ressortissants marocains entrés illégalement en Algérie, et ce, à la recherche d'un emploi après des années de misère passées au Maroc. Depuis janvier passé, près de 1 000 immigrés clandestins marocains ont été arrêtés en Algérie, dont 62 ont été interpellés la semaine passée.
Dans les trains, à bord des bus, à l'intérieur des taxis et parfois dans les chantiers des particuliers, de plus en plus de ressortissants marocains, entrés clandestinement en Algérie sont arrêtés. Ils sont jeunes et leur âge varie entre 20 et 38 ans, ces immigrés clandestins d'origine marocaine, ont réussi à passer la première ceinture sécuritaire, et ce, au niveau du tracé frontalier de plus de 400 km, séparant l'Algérie du Maroc. Une fois avoir mis les pieds sur le sol algérien, ces jeunes marocains vont se regrouper sous forme de trois à cinq individus pour se rendre dans les villes de l'Ouest du pays. Quelles sont les raisons qui ont poussé ces centaines de marocains à se rendre en Algérie ? S'agit-il de la misère et la pauvreté qui sont derrière cette vague humaine ? Plusieurs jeunes marocains arrêtés récemment pour immigration clandestine, ces derniers expliquent qu'ils ont vécu la misère et la pauvreté dans leurs villes natales, sises au Maroc. Oujda, cette ville frontalière située à quelques dizaines de kilomètres de l'Algérie, a connu ces dernières semaines une baisse sensible de ses activités commerciales, voire des plus dures depuis l'année 1994, date de la fermeture des frontières algéro-marocaines. Partant de cette situation, les jeunes de cette ville marocaine se sont retrouvés sans aucun revenu, surtout qu'ils sont au chômage. Vivant dans une misère insupportable, nombreux sont les jeunes marocains qui ont décidé de se rendre en Algérie, dans la clandestinité, et ce, pour dénicher un emploi qui leur permettra de survivre. Généralement, il s'agit de jeunes ouvriers, spécialisés dans la fabrication de faux plafond, dans la platrerie de plafonnage, cloison, peinture et tous types de travaux de maison. Ces derniers, une fois arrivés en Algérie, sont vite sollicités par des particuliers algériens, à la recherche d'un très bon spécialiste de faux plafonds pour garnir leurs maisons. En plus, beaucoup de particuliers préfèrent faire appel aux ouvriers marocains, car les ouvriers marocains n'exigent pas de grosses sommes, et n’ont d'autres choix que d’avoir un emploi et survivre.
A Chlef, Tlemcen, Oran, des marocains interceptés pour immigration clandestine
Le 25 juillet passé, les gendarmes de la brigade de Tadjena, sise à Chlef, ont présenté devant le Procureur de la République près le tribunal de Ténès, deux ressortissants marocains, interceptés dans un bus, un jour avant, pour immigration clandestine. Ils ont été placés sous mandat de dépôt. A Tlemcen et durant le même jour, les gendarmes de la section de recherches de Tlemcen, ont présenté devant le Procureur de la République près le tribunal de Remchi, deux ressortissants marocains, interpellés, la veille, pour immigration clandestine. Ils ont été placés sous mandat de dépôt. Le 24 juillet dernier, les gendarmes de l'Escadron de Sécurité Routière de Tlemcen, en service de police de la route au carrefour formé par les RN.98 et 35, ont interpellé deux immigrants clandestins marocains à bord d'un véhicule taxi se dirigeant vers Oran. Ils ont été remis aux gendarmes de la brigade de Zenata pour enquête.
Le 18 juillet passé, cinq jeunes marocains, entrés illégalement en Algérie, sont arrêtés dans la ville d'Oran, alors qu'ils cherchaient du travail, d'autant qu'ils sont des ouvriers de métier.
C'est à partir d'une simple fouille ordinaire des cinq marocains que, les gendarmes de la brigade de Bir El Djir ont fini par découvrir qu'il s'agit d'immigrés clandestins. Présentés, le 19 juillet, devant le Procureur de la République près le tribunal d'Oran, les cinq ressortissants marocains, interpellés ont été placés sous mandat de dépôt.
Source Les Débats Lofti Itou
Le Pèlerin
Partager cet article
Repost0

commentaires