Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

13 octobre 2011 4 13 /10 /octobre /2011 04:20

Ressources naturelles : La Kabylie et le gain facile

Paysage-de-Kabylie.jpg

 

La semaine dernière, en évoquant dans cet espace l’agriculture urbaine, qui se révèle comme une alternative efficace en matière de sécurité alimentaire dans les villes, nous disions que le sujet est un mythe dans une société comme la nôtre.
Aujourd’hui, si nous parlons d’agriculture de montagne et la mise en valeur des produits forestiers, il y a un risque d’aboutir à un constat identique : Un sujet sans aucun rapport avec la réalité algérienne.
Pourtant, les potentialités en la matière ne manquent pas.
Pour mieux cerner le rôle de ce type de produits, il est utile d’explorer le territoire de Kabylie dont la diversité du paysage et du climat offre d’importantes opportunités d’investissement dans ce créneau.
Plus d’un tiers de la superficie totale de la wilaya de Tizi Ouzou est constitué de forêts (112 000 hectares, selon la conservation des forêts).

Des potentialités appréciables

Outre le liège et le bois, la surface forestière offre une gamme diversifiée de produits de très haute valeur (d’usage et d’échange).
Un jeune spécialiste des produits du terroir nous en donne un exemple édifiant : Après avoir développé tous les sous-produits d’apiculture, de la production de diverses variétés du miel jusqu’au pollen, la cire, la gelée royale et les essaims, M. Guechida Hacène, ingénieur agronome et apiculteur de profession, a désormais l’ambition d’aller vers l’exploration des produits forestiers.
Mais un seul exploitant ou une seule volonté reste très en-deçà des moyens nécessaires pour faire des produits de la forêt une réelle activité économique en mesure de contribuer au développement local.
La question demeure ainsi posée : Qu’en est-il de l’exploitation de l’espace forestier et quelle est la place de la forêt dans l’économie locale ?
En tenant compte de l’état des lieux de ce secteur, la tendance est au pessimisme: Non seulement le secteur n’est pas exploité mais il est dilapidé.

La maffia du sable

Le massacre du Sébaou continue

Le-massacre-du-Sebaou-continue.jpg

Des réseaux de prédateurs s’adonnent au massacre pur et simple de l’espace naturel dans son ensemble.
Il suffit de voir ce que la maffia du sable a fait des lits des oueds comme le Sébaou, pour se rendre compte des dégâts causés aux richesses naturelles dans la région.
La situation devient plus inquiétante lorsque ces forces du mal agissent dans une impunité avérée à la faveur d’un pouvoir local dont certains cercles osent même partager des intérêts occultes avec ces réseaux.
Lorsque nous nous retrouvons face à des groupes d’individus encouragés implicitement par l’Etat à verser dans le gain facile, comment inciter des jeunes à développer des activités économiquement viables et requérant une exploitation rationnelle et contrôlée des richesses naturelles ?

Source El Watan / Paysans d’Algérie

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires