Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

19 février 2012 7 19 /02 /février /2012 07:00

«La décision d'ouverture des frontières avec le Maroc doit reposer sur des bases solides»

ouyahia-copie-2

 

Le secrétaire général du Rassemblement national démocratique (RND), Ahmed Ouyahia, a estimé hier à Oran que la décision d'ouverture des frontières avec le Maroc doit reposer sur des «bases solides».

Présidant la cérémonie de célébration du 15e anniversaire de la fondation de cette formation politique

M. Ouyahia a souligné que le traitement des grandes questions entre l'Algérie et le Maroc, dont l'ouverture des frontières, nécessite d'abord la mise en place de «bases solides et une préparation raisonnable», selon l'APS.

Dans ce sens, il a situé la position de son parti, lequel estime qu'une  préparation raisonnable est nécessaire pour concrétiser de telles perspectives, dont l'ouverture des frontières avec le Maroc et le parachèvement du processus de construction de l'Union du Maghreb arabe (UMA), ajoutant que «ces attentes seront concrétisées tôt ou tard».

M. Ouyahia a souligné le dynamisme qui caractérise depuis plus d'une année les relations entre l'Algérie et le Maroc, notamment avec l'échange de visites des délégations des deux pays et les importantes réunions bilatérales tenues récemment.

Il a affirmé, dans ce contexte, que la fraternité et les relations solides qui lient les deux peuples «n'ont pas besoin de médiation». Le secrétaire général du RND a souhaité que l'œuvre de développement des relations entre les deux pays se poursuive et que la rencontre maghrébine, tenue depuis deux jours à Rabat, apporte de nouveaux pas vers l'avant.

Le secrétaire général du Rassemblement national démocratique, Ahmed Ouyahia, réunissait hier à Oran ses militants pour célébrer le 15e anniversaire de la création du parti et  la Journée nationale du chahid.

Accompagné de M. Abdelkader Bensalah et des ministres Boubekeur Benbouzid, Mohamed Cherif Abbas ainsi que Cherif Rahmani, il a réuni ses troupes à huis clos au Centre des conventions d'Oran.

Cette mesure, selon des participants, «est nécessaire en raison de contraintes de l'étape actuelle qui exigent des débats sereins et surtout approfondis avec la base militante du parti». 

La réunion a permis au RND d'honorer certaines personnalités du parti, notamment, des députés et des sénateurs qui ont décroché plusieurs mandats, «et qui doivent maintenant aspirer à une retraite pour donner l'occasion à la jeunesse du parti de faire ses preuves et d'engager le renouveau du RND», a-t-on indiqué.

Cette rencontre intervient au moment où on parle de défections dans les rangs du parti. Plusieurs sources affirment que des militants de plusieurs wilayas de l'Ouest ont quitté le parti avec armes et bagages pour aller grossir les rangs des autres formations politiques, notamment les partis naissants.

Dans la matinée, la délégation conduite par M. Ouyahia a déposé une gerbe de fleurs dans le carré des martyrs du cimetière de Aïn El-Beïda avant d'être honorée par une délégation d'enfants de chouhada.

Ainsi, le RND qui compte pour cette fois cautionner les candidatures locales veut écouter sa base avant de définir la meilleure stratégie lui permettant de rester la première force politique du pays. A ce titre, et même si, du côté du parti on se veut rassurant, la naissance de plusieurs formations politiques ne laisse pas indifférent et suscite une réaction adaptée.

Source Le Temps F. B. et agence

Le Pèlerin

Partager cet article

Repost0

commentaires