Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

27 octobre 2011 4 27 /10 /octobre /2011 08:59

Quand l’Europe fait des miracles

Galileo.jpg

 

Dans son combat pour sauver les banques et la zone euro, elle se donne en spectacle. Elle est discordante, alors que son unité suffirait à elle seule à soulager. Elle avance à un train de sénateur, alors que sa rapidité pourrait guérir. Et pourtant, voilà que l’Europe, en pleine crise, a mis sur orbite un fabuleux projet: Galileo, un système de radionavigation concurrent du GPS, et même supérieur à lui ! Avec une précision pouvant atteindre un centimètre, il fera cent fois mieux que son aîné américain. Stratégique sur le plan militaire, puisqu’il offrira à l’Europe son indépendance en matière de géolocalisation, Galileo sera tout aussi précieux pour les usages civils.

Il faut dire que les objets numériques que les hommes glissent dans leurs vestes, les femmes dans leurs sacs à main et les jeunes dans leurs sacs à dos ne sont pas seulement nomades. Grâce aux smartphones et aux tablettes nous sommes désormais repérés depuis l’espace. Et ce positionnement, au-delà des polémiques sur les libertés individuelles, génère une multitude de services innovants pour les pêcheurs, les randonneurs, les pompiers, les automobilistes, les aveugles, les ambulanciers, les pilotes de ligne, les banquiers… Placer des points sur une carte? C’est un marché. Il est évalué à 250 milliards d’euros d’ici à 2020.

Dans son sillage, Galileo entraîne déjà des trésors de savoir-faire industriel et de technologies numériques et spatiales, comme celles développées par l’allemand OHB. Cet industriel a remporté l’an dernier l’appel d’offres lancé par Bruxelles, contre la filiale d’EADS Astrium. Il fabriquera 14 des 30 satellites de la constellation européenne. D’ordinaire très discret, le patron d’OHB a accepté d’ouvrir ses portes et de répondre aux questions de "L’Usine Nouvelle" (lire notre enquête sur l’industrie spatiale, page 28). Bel exemple de Mittelstand (entreprise de taille intermédiaire), OHB vise dans les dix ans un chiffre d’affaires de 1 milliard d’euros, contre 600 millions en 2010 et à peine 150 millions il y a quatre ans… Merci l’Europe !

Le projet Galileo, qui ne date pas d’hier, a souvent été reporté. Plusieurs fois même, il a failli capoter. L’un de ses promoteurs, l’ancien commissaire européen Jacques Barrot, était d’ailleurs convaincu que son arrêt signerait l’échec du rêve européen. Qu’il soit rassuré : ce rêve pourra se poursuivre ! Le tir par une fusée russe (Soyouz), depuis un site français (Kourou), des deux premiers satellites de la constellation Galileo prouve que l’Union peut faire des miracles.

Source L’Usine Nouvelle Laurent Guez             

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires