Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

23 avril 2011 6 23 /04 /avril /2011 10:05

Aéronautique - Airbus affiche sa bonne santé

A 350

 

Le constructeur aéronautique prévoit plus de 3 000 recrutements cette année afin de faire face à la montée en puissance de sa production. L'arrivée de l'A350 notamment redonne une nouvelle accélération à l'activité de l'entreprise toulousaine.

Airbus recrute. Une annonce qui pourrait finir par devenir monotone, tant les besoins de main-d'œuvre de l'avionneur toulousain sont importants. Ainsi, 2 200 recrutements ont été réalisés l'an dernier et plus de 3 000 sont encore au programme pour 2 011 à travers la planète. La moitié de ces embauches se feront sur l'Hexagone. Ils sont prévus sur les sites de Nantes et de Saint-Nazaire, mais évidemment aussi sur Toulouse, où 17 000 personnes travaillent déjà directement pour la compagnie.

Ces embauches sont en grande partie liées au démarrage de la chaîne d'assemblage de l'A350. « Non pas que tous les emplois recherchés y soient affectés, mais sa mise en place provoque des mouvements sur les autres programmes », explique la direction d'Airbus. Le lancement de la nouvelle motorisation de l'A320 Neo mobilise également les énergies : Airbus recrute en grande partie des ingénieurs sur plusieurs domaines d'activités : mécanique, systèmes d'information, supply chain, etc. Elle cherche aussi des ouvriers et des techniciens qualifiés. Un effort sera mis pour une plus grande mixité des recrutements. L'avionneur souhaite 25 % de femmes et 30 % de jeunes diplômés.

Pour accueillir les candidats et faire le plein de CV, l'entreprise a même prévu un stand dédié aux embauches au cours du prochain salon aéronautique du Bourget, du 20 au 26 juin prochains.

La bonne santé d'Airbus ne concerne pas seulement les nouveaux embauchés. Direction et syndicats se réunissent actuellement pour les négociations salariales.

Celles-ci pourraient déboucher sur l'octroi d'une prime de 800 euros pour l'ensemble des salariés, ainsi que sur des valorisations de salaires comprises entre 1,4 % et 3 %. Cet accord devrait être ratifié le 2 mai prochain.

Pour autant, la vie d'Airbus n'a pas été un long fleuve tranquille depuis 2000. En témoignent les nombreux retards sur l'A380, les embûches techniques et financières de l'A400M, les plans d'économie (lire ci-contre), les manifestations sociales et enfin la crise économique… Autant de difficultés qui n'ont pas empêché l'avionneur de doubler sa production ces dix dernières années.

Carton plein pour le programme Power8

En février 2007 Airbus engage un vaste programme de réduction des coûts baptisé Power 8. Très décrié à l'époque, ce plan devait permettre à la société d'économiser 2 milliards d'euros, en supprimant 10 000 emplois et en cédant plusieurs usines.

Trois ans plus tard, Power 8 a été mené à son terme. Il a finalement généré plus que prévu avec 2,9 milliards d'économie. Un effort de guerre qui s'est bien traduit par des réductions d'effectifs. Sur les 10 000 souhaités au départ, 7 900 ont été effectivement réalisés. « 5 000 chez Airbus et le reste chez les sous-traitants », précise la direction d'Airbus. « Nous nous sommes refusés à atteindre l'objectif de départ, car nous devions renforcer les équipes qui travaillaient sur nos nouveaux programmes : A350 et A400M notamment. »

C'est le grand paradoxe de l'avionneur toulousain : d'un côté, il recrute (plus de 5 200 personnes sur 2010 et 2011 - lire ci-dessus), et de l'autre, il doit supprimer des postes. « Nous embauchons des postes pour produire plus d'avions », résume la direction d'Airbus. « Et a contrario, nous en supprimons sur des fonctions plus administratives comme les achats ou la gestion des sous-traitants. »

Le plan Power 8 a été suivi d'une nouvelle phase, « Power 8 + ». Mais celle-ci n'a pas provoqué de nouvelles vagues massives de suppressions d'emplois.

En lançant Power 8, Louis Gallois, à l'époque président d'Airbus passé depuis chez EADS, a peut-être évité le pire. En effet, les économies générées par Power 8 ont eu un impact positif sur les comptes de l'entreprise. Elles ont permis de compenser les besoins liés aux difficultés et aux retards de l'A400 M et de l'A350. « Si nous n'avions rien fait, nous aurions eu une trésorerie négative de plusieurs milliards d'euros, et mis en péril l'entreprise », conclut l'avionneur.

Au final, Power 8 a permis à Airbus de repartir sur une organisation de travail plus efficace et moins coûteuse.

Mais le revers de la médaille a été l'agitation sociale. Les personnels d'Airbus, jusque-là prompts à suivre leur direction, ont connu les débrayages, les tracts syndicaux et les manifestations. Du jamais vu depuis la création de la société en 1970.

Le chiffre: 5 200

Embauches  Airbus recrute entre 2010 et 2011. 2200 recrutements en 2010 et plus de 3000 supplémentaires sont prévus cette année.

« Le premier A350 devrait voler sur Toulouse fin 2012 »

Après une année 2010 « meilleure que prévue » selon le président d'Airbus Tom Enders, l'année 2 011 s'annonce sous les meilleurs auspices côté production.

L'A320 reste le programme phare de l'avionneur. Pour faire face à l'afflux de commandes, les cadences de production vont être augmentées sur les chaînes toulousaines. Elles vont passer de 36 avions par mois actuellement à 38 avions au mois d'août. Une nouvelle levée, à 40 unités par mois est prévue pour début 2012, portant les cadences à un niveau historique.

L'A330-340 devrait lui aussi voir son niveau de production augmenter de 9 avions par mois à 10 avions au premier semestre 2012, puis à 10 appareils après le deuxième semestre 2 013.

L'A380 poursuit lui aussi ses livraisons. 46 gros porteurs d'Airbus sont actuellement en service. Airbus prévoit 2 livraisons par mois cette année, soit 24 avions contre 18 en 2010.

L'A350 devra patienter fin 2 013 pour inaugurer sa mise en service. Mais sa production a d'ores et déjà commencé sur les sites d'Airbus. La chaîne d'assemblage toulousaine ouvrira ses portes en fin d'année. L'avion devrait ensuite effectuer ses vols d'essais dans le ciel toulousain à l'horizon 2012-2013.

L'A400M poursuit ses démarches de certifications. 4 appareils effectuent actuellement leurs vols d'essai entre Toulouse et Séville. Les premières livraisons seront réalisées en France courant 2013.

Source La Dépêche du Midi

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires