Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

10 juillet 2013 3 10 /07 /juillet /2013 10:47

Comment Maroc Aviation se prépare à fabriquer à Casablanca une part du fuselage de l'Airbus A321

Maroc-Aviation-Troncon-de-fuselage-Airbus-A321.jpg

L'usine EADS Maroc Aviation à Casablanca

 

L'équipementier aéronautique EADS Sogerma va fabriquer au Maroc pour Airbus certains tronçons du fuselage de l'A321. Ce contrat devrait s'accompagner en 2014, d'une quinzaine d'embauches dans l'usine de Casablanca. L'Usine Nouvelle détaille ce projet en exclusivité.

EADS Maroc Aviation va bientôt participer à la fabrication d'un tronçon du fuselage de l'A321 d'Airbus. En effet, la filiale marocaine à bas coûts du groupe va réaliser dans son usine de Casablanca, une partie des éléments de la structure dite "tronçon A14" de cet appareil. 

Cela fait suite à l'important contrat gagné auprès d'Airbus et annoncé le 5 juin.

"Deux des sous-ensembles seront construits au Maroc"

Ce tronçon "c'est un morceau de fuselage complet qui rallonge l'A321. Composé de plusieurs sous-ensembles, il se monte en plusieurs parties. Deux de ces sous-ensembles seront construits au Maroc. Probablement, la structure plancher et les panneaux supérieurs." précise en exclusivité à L'Usine Nouvelle Bruno Igounenc (photo), directeur général de EADS Maroc Aviation, filiale de la société Sogerma, elle-même filiale d'EADS.

En France, le site EADS Sogerma de Rochefort (Charente-Maritime) réalisera l'étude, l'industrialisation et la fabrication de ces tronçons. La production ne débutera pas avant le premier semestre 2014. 

"Ce type de contrat, qui s'étale sur une durée minimale d'une dizaine d'années, est rare et l'A321 est l'un des avions les plus vendus de la planète. Notre plan de charge est ainsi conforté pour plusieurs années », a affirmé dans le quotidien Les Echos du 13 juin, Jean-Michel Léonard, PDG de EADS Sogerma juste avant le Salon du Bourget.

"Une forte montée en technicité"

Au niveau des effectifs, une quarantaine d'emplois pourrait être créée dont une quinzaine à Casablanca chez EADS Maroc Aviation.  "Ce recrutement exprime surtout une forte montée en technicité de l'assemblage métallique. C'est la raison pour laquelle un plan de formation adéquat a été mis en place," explique Bruno Igounenc. Le site marocain compte aujourd'hui plus de 200 salariés.

Pour recruter et former ses techniciens avec un minimum de niveau Bac et pour certains techniciens Bac+2, EADS Maroc Aviation s'est appuyé sur l'IMA, l'Institut des métiers de l'aéronautique de Casablanca, situé à deux pas de son usine. Mais cette formation est naturellement complétée.  "Après cette formation de base sur les métiers de l'aéronautique et ceux relatifs à la qualité, une autre plus spécifique à l'assemblage métallique est dispensée en synergie avec le personnel d'EADS Sogerma sur place." explique le directeur général de l'usine marocaine.

Trois métiers

Les métiers de cette unité basée sur la zone industrielle aéropole de Nouaceur près de l'aéroport Mohammed V sont au nombre de trois. Un métier d'assemblage métallique, un métier de fabrication de pièces composites avec les spécialités cockpit et la maintenance d'équipements militaires.

Avec un investissement d'environ 10 millions de dirhams (900 000 euros) au niveau de l'usine, les répercussions sont bien réelles. "Des moyens de lissage de panneaux seront mis en œuvre pour la première fois. Ces moyens consisteront dans l'usage de machines qui sont des riveteuses semi-automatiques. Des locaux spécifiquement aménagés et tempérés abriteront deux lignes adaptées d'assemblage pour les deux WP (work package) ou sous-ensembles. Elles seront montées fin de cette année et début de la prochaine." explique notre interlocuteur. 

En France, EADS Sogerma conçoit et fabrique des tronçons de fuselage et des structures métalliques et composites pour les programmes d'avions civils et militaires, ainsi que des sièges de cockpit ou de première classe notamment. Il travaille pour la majorité des fabricants d'aéronefs, notamment Airbus, Boeing, Dassault, Eurocopter ou Bombardier et réalise les ailes des ATR.

Un client quasi unique

Au Maroc, "à l'export, notre usine de Casablanca travaille pour un client quasi unique EADS Sogerma sur des programmes Airbus et ATR. Au niveau local, sur la maintenance d'équipements militaires, nos clients sont les principales composantes des forces militaires du pays à savoir les Forces armées Royales (FAR), la Gendarmerie royale et la Marine royale," précise Bruno Igounenc.

Concernant les priorités actuelles, "Nous faisons face à la forte demande du marché aéronautique. L'enjeu est de répondre à nos clients en termes de délais de livraison. Les cadences de fabrication sont plutôt tendues. D'ailleurs la croissance du chiffre d'affaires au Maroc s'est élevée à près de 30% en 2012", révèle Bruno Igounenc.

Et pour la préparation du projet A321, les priorités immédiates de l'usine se situent au niveau de la gestion d'une supply-chain ultra-serrée. "Les commandes sont livrées parfois directement sur les chaines ATR comme les coffres, et parfois via EADS Sogerma. Nous avons localement un contrat flotte important avec notre transporteur routier LDI, deux fois par semaine. Parfois nous avons recours à l'aérien pour les commandes exceptionnelles," conclut le directeur général de Maroc Aviation.

Source L’Usine nouvelle Nasser Djama

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires