Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

17 mars 2010 3 17 /03 /mars /2010 00:30

Algérie - Trentenaire du Printemps berbère - Marches du RCD le 20 avril
Ci-dessous Saïd Sadi le patron du RCD
said-sadi.jpg

Les marches seront organisées dans les wilayas de Tizi Ouzou, Béjaïa, Bouira et Boumerdès et dans les Aurès à l’initiative du RCD. La Kabylie et le pays chaoui comptent réhabiliter ce repère de sa mémoire militante et sa symbolique
En avril 1980, une génération de militants a osé défier le système du parti unique pour combattre l’hégémonie arabo-islamiste négatrice de l’identité amazighe et revendiquer un État démocratique et social, objectif du combat libérateur. C’est dans ce contexte de réhabilitation des valeurs qui ont fondé le combat démocratique qu’interviendra la commémoration du trentième anniversaire du Printemps berbère. Moment crucial dans le combat démocratique, le Printemps amazigh, qui a irrigué les sillons de la refondation identitaire, politique et sociale, n’a pas échappé à la pollution ambiante qui a perverti des symboles de la militance amazighe. Le Rassemblement pour la culture et la démocratie (RCD) s’apprête à marquer cet anniversaire de Tafsut Imazighen.
À cet effet, il appelle à une marche populaire pour le 20 avril 2010 dans plusieurs wilayas du pays. Dans une déclaration rendue publique hier, le RCD estime que “la commémoration du 20 Avril n’est pas seulement un moment de nostalgie, c’est un message d’espoir”. Ce repère de la mémoire militante nié par les tenants de l’histoire officielle restera “une clé” et “un projet”, selon le document du Rassemblement. “C’est une clé parce que notre jeunesse doit connaître la vérité sur notre histoire pour éviter les pollutions, déjouer les manipulations et arrêter les détournements symboliques et politiques qui pèsent sur Avril 80 et plus généralement sur la mémoire algérienne”, explique le parti de Saïd Sadi pour qui cette date-repère est aussi un projet, parce que le Printemps amazigh ouvre les portes de l’avenir et de l’universalité. “Le développement de nos régions qui pourra garantir la répartition de la richesse nationale, réhabiliter l’école, résorber le chômage et la crise du logement, vaincre l’insécurité et sortir du désastre écologique ne peut se faire que dans un pays réconcilié avec son histoire, sa culture et exerçant sa souveraineté dans des institutions locales, régionales et nationales librement élues”, affirme le RCD qui considère que seul un État régionalisé est en mesure de répondre à autant de défis par la démocratie de proximité. Issu des luttes pour l’identité amazighe et les libertés démocratiques, le RCD en appelle à la commémoration, dans la fraternité, de Tafsut Imazighen, “un événement qui a réhabilité les acteurs et les valeurs les plus dignes de l’émancipation algérienne, inauguré et assumé le combat pacifique face à l’arbitraire et la corruption”. Pour réaffirmer les valeurs d’Avril 80, des marches populaires seront organisées dans les wilayas de la Kabylie et des Aurès. L’organisation technique et logistique est confiée aux bureaux régionaux du RCD de Tizi Ouzou, Béjaïa, Bouira et Boumerdès et ceux des Aurès. Quatre bureaux de wilaya du RCD dans les Aurès vont organiser leur marche le même jour à Batna, nous a-t-on informés. “Pour l’officialisation de la langue amazighe” et “pour les libertés démocratiques” sont les deux mots d’ordre qui accompagneront ces manifestations qui travaillent à réhabiliter la symbolique de Tafsut Imazighen à l’occasion de son trentenaire.
Source Liberté Yahia Arkat
Le Pèlerin

Partager cet article

Repost0

commentaires