Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

19 novembre 2011 6 19 /11 /novembre /2011 18:05

La réouverture des frontières reste en suspens

Mohamed-5-et-Bouteflika.jpg

En attendant que les deux pays dépassent le désaccord politique, les messages de «bonne volonté» pour booster les relations algéro-marocaines ne manquent pas.

Il y a deux semaines, le roi Mohammed VI a appelé à une coopération efficace entre les deux pays et voilà que le président Bouteflika réitère sa volonté «de continuer à œuvrer (…)  au raffermissement des relations de fraternité et de coopération»  entre les pays et peuples frères au mieux de nos «intérêts mutuels», a-t-il écrit dans son message adressé à l’occasion du 56e anniversaire de de l’indépendance de son pays. Ce n’est pas tout, car la réunion qu’a abrité Rabat pour parler du dossier de la Syrie était une occasion pour ouvrir des discussions sur les relations bilatérales  entre les chefs de la diplomatie des deux pays. Sachant que Rabat insiste sur la réouverture des frontières terrestres alors qu’Alger pose ses conditions avant de passer à une telle décision.

Dans ce cadre,  le ministre marocain des Affaires étrangères Taeib Fassi Fihri a déclaré jeudi dernier à l’AFP que son pays souhaite une «normalisation complète» des relations avec l’Algérie. A ce titre, il dira qu’il est  «anormal de ne pas avoir une relation normalisée» ajoutant que «quelles que soient les divergences, il est anormal de ne pas avoir une relation normalisée avec un pays voisin».

M. Fihri qui s’est entretenu mercredi dernier avec le chef de la diplomatie algérienne  Mourad Medelci, a déclaré aussi selon la même source,  qu’il y a «trop de retard. Nous connaissons la position des uns et des autres sur un certain nombre de dossiers, ainsi que la divergence sur la question du Sahara marocain (Sahara occidental)». Il a aussi regretté  le «maintien des frontières terrestres fermées».

Si le processus de coopération récemment engagé dans plusieurs secteurs entre le Maroc et l’Algérie se déroule bien,

«nous pensons qu’il débouchera sur une normalisation complète de nos relations». «Les deux pays décideront dans un avenir très, très proche de la prochaine étape», a-t-il affirmé.

Dans ce contexte, le ministre des Affaires étrangères, Mourad Medelci et son homologue marocain Taïb Fassi Fihri ont convenu notamment de réunir en urgence le Conseil des ministres de l’Union du Maghreb arabe (UMA).

S’agissant de la question concernant la réouverture des frontières qui n’était officiellement pas dans l’agenda des discussions,  Alger n’a pas tout à fait fermé la porte face à une éventuelle réouverture mais cela ne peut se faire du jour au lendemain car les conditions pour une telle procédure ne manquent pas, notamment l’aspect sécuritaire.

Par ailleurs, selon le porte-parole du ministère des Affaires étrangères algérien, dans une déclaration rapportée par l’APS, les entretiens entre les deux hommes ont abordé «en particulier, les relations bilatérales à la lumière des différentes visites sectorielles effectuées par les délégations ministérielles dans les deux pays». 

Il était question aussi selon le même responsable de  «passer en revue les réformes politiques ainsi que l’approfondissement et la consolidation des processus démocratiques dans les deux pays».      

Pour sa part, M. Medelci a déclaré à l’APS : «Nous sommes en train d’évaluer l’état de la coopération bilatérale à travers les contacts des différents ministres des deux pays qui ont commencé à produire des effets concrets.» De son côté, le ministre marocain des Affaires étrangères, a affirmé qu’il s’agit de la consolidation des relations entre le Maroc et l’Algérie et qu’elles s’inscrivaient dans le cadre d’une feuille de route «voulue au plus haut niveau». Il est à souligner que ces entretiens entre les représentants de la diplomatie des deux pays sont les premiers du genre au niveau bilatéral, depuis la rencontre qui a regroupé le président Bouteflika et le roi en mars 2005 à Zéralda (Alger).

Source Le Jour d’Algérie Nacera Chenafi

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires