Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

13 février 2013 3 13 /02 /février /2013 04:36

Des armes nucléaires à nos frontières?

Armes-nucleaires.jpg

 

Existe-t-il un marché noir d'armes nucléaires aux frontières algériennes? D'où proviennent ces armes? Sont-elles entre les mains de terroristes, de contrebandiers?

Rien que l'énoncé du sujet fait peur: la contrebande nucléaire! Tant qu'à nous frontières il s'agissait de cartouches... de kalachnikovs et de cigarettes, la situation était plus ou moins gérable. Mais que des ogives nucléaires puissent circuler dans ces vastes territoires, cela donne des sueurs froides. Plus encore quand les Américains s'y mettent. Réunis les 10 et 11 février derniers, des responsables algériens et américains, se sont penchés sur les moyens de lutter «contre la contrebande nucléaire et la sécurité des frontières». Selon un communiqué de presse envoyé par les services de l'ambassade des Etats-Unis à Alger, «ces discussions interviennent après un premier round de consultations bilatérales initié en janvier 2012 afin d'explorer les moyens et méthodes de faire progresser les capacités de prévention, détection et réponse aux incidents de contrebande de matériaux nucléaires et radiologiques, conformément au plan de travail adopté par les participants au sommet de la sécurité nucléaire de 2010, organisé à Washington, DC». C'est la directrice générale des affaires politiques et de la sécurité internationale au ministère des Affaires étrangères, Taous Feroukhi, qui a assisté à cette réunion de deux jours où la partie américaine a été représentée par le sous-secrétaire d'Etat adjoint chargé des Programmes de non-prolifération, Simon Limage. Ils ont convenu d'accentuer la coopération de manière plus étroite, «afin d'empêcher les terroristes et autres criminels d'acquérir des matériaux nucléaires au marché noir». Mme Feroukhi a souligné «l'importance de la coopération régionale et internationale dans la lutte contre le crime transnational organisé qui représente une menace pour la sécurité des Etats de la région».
Le communiqué de l'ambassade des Etats-Unis souligne que «des représentants de plusieurs ministères du gouvernement algérien ainsi que des représentants d'agences gouvernementales américaines ont assisté aux réunions», sans préciser quel ministère ni le nom des agences américaines. Cependant, le document note que durant «la réunion les deux parties ont échangé des points de vues et partagé des informations sur les menaces et tendances actuelles de la contrebande». De même qu'ils ont discuté des meilleures pratiques dans le domaine de la sécurité des frontières.
Et à ce niveau, c'est tout un programme qui a été décliné, à savoir la détection nucléaire, de la médecine légale nucléaire, de l'application de la loi et d'autres outils afin de prévenir, détecter, et répondre aux incidents de la contrebande nucléaire. «Les responsables américains ont présenté un aperçu des meilleures pratiques en termes de sécurité des frontières et de contrôle stratégique du commerce à travers le programme du contrôle des exportations et de la sécurité des frontières du département d'Etat», affirme le communiqué non sans souligner que «ces discussions ont ouvert la voie d'une future coopération entre les Etats-Unis et l'Algérie afin de renforcer les capacités nationales, internationales et régionales pour faire face au trafic illicite de matériaux nucléaires et radioactifs».
Question: existe-t-il un marché noir d'armes nucléaires aux frontières algériennes? Y a-t-il des indices qui le prouvent? D'ou proviennent-elles? Sont-elles entre les mains de terroristes, de contrebandiers? En tous cas, le sujet appelle d'innombrables questions jusqu'à celle de s'interroger s'il ne s'agit que d'une mesure préventive qui donnera des arguments indémontables pour une installation à très long terme de l'armée américaine dans la région. Mais suite à l'assassinat de l'ambassadeur des Etats-Unis à Benghazi, à l'attaque du site gazier à In Amenas et à l'assassinat par les islamistes du chef de l'opposition tunisienne, Chokri Belaïd, le Pentagone a-t-il besoin de plus d'arguments?

Source L’Expression Brahim Takheroubt

Le Pèlerin

Partager cet article

Repost0

commentaires