Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

Archives

2 août 2010 1 02 /08 /août /2010 08:21

Algérie - Cherchell: 10e rencontre des artistes peintres

hamri_peinture-rocher-blanc.jpg

 

C’est au sein de la bibliothèque communale de Cherchell, hélas pas du tout fréquentée, en dépit des marées humaines oisives qui occupent inutilement nuit et jour la place des Martyrs, que se tient la 10e rencontre des artistes peintres.

Les tableaux des œuvres de plusieurs artistes venus d’horizons divers sont suspendus aux murs de cette infrastructure fraîchement aménagée. Abderrahmane Bakhti, responsable de l’UNAC de la wilaya de Tipasa, épaulé par sa femme qui ne le lâche pas d’une semelle, et entouré de ses enfants, tente de créer une ambiance familiale à la hauteur de l’événement. Ce n’est pas une chose aisée quand une écrasante majorité de la population se détourne des œuvres des artistes peintres, qui essayent de s’imposer au milieu de cette adversité environnementale. Bref, l’artiste peintre Benbouta Sid-Ali est repéré à travers ses œuvres produites à l’aide de la céramique, utilisant les motifs berbères et arabo-islamiques, mais surtout cette couleur bleue qui demeure collée à ses œuvres. Hachemi Ameur, directeur de l’école des beaux-arts de Mostaganem, est très proche des activités culturelles dans la wilaya de Tipasa. Il propose aux visiteurs des croquis dans un style graphique, mais semble très inspiré des Casbah et des mosquées, notamment Djamaâ Sidi-Abderrahmane, Djamaâ El-Kebir, Djamaâ El-Biar.

L’abstrait est un style qui nous est proposé, les artistes peintres connus, à l’image de Bourdine Moussa de l’école de Maghnia, le chantre Azzoune issu de l’école des beaux-arts de Paris, Ali-El-Hadj Tahar artiste peintre et journaliste, connu à l’échelle nationale et internationale, se consacre à la recherche dans la peinture. L’artiste Noui de Souk-Ahras expose son œuvre qui illustre des silhouettes à l’intérieur d’une école coranique. La petite Faïza Dilmi est arrivée à s’incruster au milieu de cet univers d’artistes habitués aux expositions, en introduisant de l’aquarelle, de la gouache et ses poèmes en langue de Molière et celle de Shakespeare. C’est une première de cette artiste peintre en herbe de Hadjout. Une bonne place est investie par les œuvres caricaturales de Adane Mustapha. Il a consacré son exposition à la cause palestinienne. Il a mis l’accent sur le génocide dont sont victimes les Ghazaouis, la traîtrise de certains pays arabes envers le peuple palestinien, la politique malsaine des multinationales qui exploitent les richesses des pays arabes sans se détourner du soutien moral et financier apporté au sionisme dans le massacre du peuple palestinien, le rôle de l’Otan contre le peuple palestinien et le retour du nazisme qui veut exterminer un peuple palestinien qui continue à résister à cette politique cruelle des sionistes.

M. Laroussi, le « big boss » de l’UNAC, allant dans le sens de la thématique de Adane, s’est illustré par une exposition significative pour rappeler les bombes à phosphore qui avaient arrosé Ghaza, et les souffrances du peuple irakien dans la prison d’Abou Ghraïb. L’artiste peintre Saliha Imékraz, toujours égale à elle-même, ne veut pas s’éloigner de son arbre bien enraciné qui représente la vie. Khadda, l’artiste peintre reste toujours présent lors des expositions, grâce aux efforts de son épouse. Celle-ci prête aux organisateurs quelques-unes de ses œuvres. Cette fois-ci, Khadda nous propose des affiches inédites pour les rares visiteurs à cette manifestation culturelle estivale. L’artiste peintre surréaliste, Bekhti Abderrahmane, s’est distingué par de nouvelles scènes du port de sa ville natale (Cherchell, ndlr) après les travaux d’aménagement, sans s’éloigner des regards des femmes sous les différents angles. Ramil Mohamed de Mascara propose des œuvres, parmi lesquelles celle qui représente cette Algérienne belle, enveloppée sous son haïk blanc, portant des bijoux berbères en argent, se tenant debout au seuil de la porte de sa maison, laissant le visiteur planer dans son imagination. Cette exposition intitulée « 10e rencontre des artistes peintes » organisée par l’UNAC de la wilaya de Tipasa a ouvert ses portes le 4 juillet dernier et s’achèvera le 31 août prochain. Les œuvres exposées depuis l’ouverture seront remplacées à compter du 10 août par les tableaux produits par les artistes peintres indiennes qui se sont distinguées durant l’hiver dernier à Alger, sur invitation de M. Laroussi. Il y a lieu de souligner que cette manifestation culturelle organisée par l’UNAC de la wilaya de Tipasa a été ponctuée par des conférences animées par les écrivains Sari Mohamed et Kamel Bouchama, l’ex-ministre et ex-ambassadeur, au milieu des œuvres des artistes peintres. Les conférenciers avaient donné volontairement à l’assistance un goût inachevé du contenu de leurs œuvres respectives, laissant ainsi sur leur faim les auditeurs, afin de susciter l’amour de la lecture.

Source El Watan M’Hamed

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires