Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

3 juin 2010 4 03 /06 /juin /2010 07:36

Algérie - Tipasa: Saison estivale : c'est parti !

port-tipasa.jpg

 

C'est avant-hier que M. Ouchen Med, le wali de Tipasa, a procédé à l'inauguration de l'ouverture de la saison estivale de l'année 2010. La cérémonie d'ouverture de cette saison estivale dénommée «Plan bleu» s'est déroulée en présence de plusieurs délégations de jeunes provenant de toutes les communes de la wilaya de Tipasa.

C'est la fanfare de l'école musicale qui a été chargée d'accompagner les cortèges et la procession des jeunes délégations. Les tambours, les cymbales et les trompettes ont à eux seuls couvert l'immense brouhaha qui a caractérisé ce rassemblement de milliers de jeunes provenant des confins de toute la wilaya. Les délégations de jeunes, composées de 30 filles et garçons pour chaque daïra, habillées de jupes ou pantalons orange et de tee-shirts blancs, défilèrent en processions ayant démarré du centre des sports pour se rendre jusqu'à l'esplanade du port de Tipasa, où fut dressée pour la circonstance une immense table de réception. La délégation de l'exécutif de la wilaya arriva à la suite de la procession des jeunes. Le wali de Tipasa, d'un pas engagé et le sourire aux lèvres, salua, dès son arrivée sur l'esplanade, les premiers responsables de l'APC de Tipasa, venus l'accueillir sur le front de mer.

Mais la vedette fut ravie par un tonitruant animateur et coordinateur de cette cérémonie. Après la présentation des délégations et du programme, cet animateur convia le public à prêter attention au discours de la cérémonie d'ouverture que prononça le wali de Tipasa. «Je déclare ouverte la saison estivale de la wilaya de Tipasa pour l'été 2010 qui aura lieu du 1er juin 2010 au 30 août 2010. Cette saison estivale est organisée dans le cadre du Plan bleu de la wilaya de Tipasa», a tenu à préciser le wali dans son allocution d'ouverture.

Deux couples de jeunes, en tenue de plongée sous-marine, ont distribué aux invités des programmes de la journée. Ces programme libellés dans les deux langues sont tirés de jarres traditionnelles puis remis à chaque convive, enroulé et enlacé dans un ruban doré et argenté. Ces couples sont suivis par de ravissantes fillettes, qui distribuèrent des jus et des confiseries aux convives. Un lâcher de ballons multicolores, suivi de l'ouverture d'un rideau géant sur fond musical.

Une dizaine de coureurs cyclistes des communes de Ahmer El-Aïn et de Sidi Rached s'exhibèrent. Des filles et des garçons porteurs de fanions, emblèmes et drapeaux sur leurs selles, s'évertuèrent à rouler sur leurs vélos dans toutes les directions. Emu, le public et les convives se levèrent avec des applaudissements soutenus à l'adresse des cyclistes.

Un tableau de ce panorama sportif et culturel consista en la présentation d'une chorégraphie représentée par une danse avec cerceaux par des enfants filles et garçons de 5 à 10 ans d'âge, porteurs de jupes et shorts orange et un tee-shirt blanc. Plusieurs mouvements d'ensemble furent présentés à l'assistance qui les a applaudis.

Un autre tableau, qui représentait une fresque de mimiques chorégraphiques, ravit la vedette aux autres artistes. Cette fresque représentée par 3 rangées de 4 filles habillées alternativement de longues tuniques rouges, vertes et blanches, symbolisait la population sédentaire algérienne, qui avait subi les affres des invasions et des occupations des envahisseurs de l'Algérie.

L'assistance fut étonnée par les prouesses des karatekas, des spécialistes minimes et cadets en arts martiaux. Filles et garçons se surpassèrent dans les katas admirables avec une rare dextérité et technicité. Le groupe de danse hip-hop créa la véritable ambiance. Six couples d'adolescents et adolescentes, rompus aux techniques de danse hip-hop, étonnèrent par leur prouesse, leur sportivité et les mouvements d'ambiance que ne leur avait jamais reconnu auparavant l'assistance. C'est vers 18 heures 30 que prit fin cette ambiance survoltée accompagnée par des applaudissements et youyous.

Source Le Quotidien d’Oran Larbi Houari

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires