Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

5 juillet 2011 2 05 /07 /juillet /2011 05:40

Tipasa-Drogue : La prévention d’abord...

Tipasa-Drogue.jpg

 

A la lecture des bilans annuels du premier semestre en cours et de ceux des deux dernières années, force est de constater que la wilaya de Tipasa n’est a priori pas une zone caractérisée par de grands trafics de drogue.

Durant les six premiers mois de l’année en cours, les services de la police de la wilaya de Tipasa ont saisi 4,44 kg de kif traité. Soit plus que la quantité récupérée tout le long de l’année 2010.

C’est ce qu’a révélé un responsable de la cellule de communication de la sûreté de wilaya de Tipasa. «En outre, on a également saisi 103 cachets psychotropes. Il faut signaler que grâce à l’intervention de nos éléments qui ont procédé à l’arrestation de 49 suspects mêlés à des affaires de drogue. 40 d’entre eux ont été placés sous mandat de dépôt et les neuf autres ont été destinataires de citation directe» nous a-t-on précisé. A titre comparatif, au cours de l’année précédente, les policiers ont saisi 3,66 kg de kif traité et 984 cachets psychotropes. Parmi les 184 personnes interpellées, 130 ont été placées sous mandat de dépôt et 54 autres ont bénéficié d’une citation directe.
«En revanche, en 2009, notre bilan fait état de 3,64 kg de kif traité et 254 cachets psychotropes récupérés. Les opérations menées ont abouti également à l’arrestation de 185 suspects, dont une femme. 136 ont été mis sous mandat de dépôt, 41 ont bénéficié d’une citation directe, tandis que les cinq restants ont été placés sous contrôle judiciaire», ajoute encore le même policier. A la lecture des bilans annuels du premier semestre en cours et de ceux des deux dernières années, force est de constater que la wilaya de Tipasa n’est a priori pas une zone caractérisée par de grands trafics de drogue. Analyse que corrobore d’ailleurs un lieutenant de la sûreté de wilaya qui a tenu à souligner que la lutte contre la drogue est une mission à qui la police de Tipasa confère une très grande importance.
«La lutte contre la drogue se résume en somme en deux volets. Le premier a trait à la prévention, et le second à la répression. Sur le plan préventif, la sûreté de wilaya de Tipasa organise régulièrement des journées portes ouvertes sur ce thème et des campagnes de sensibilisation à travers notamment les établissements secondaires et moyens ainsi que les centres de formation professionnelle. Ainsi donc, on cible particulièrement, par ce type de manifestations de prévention, les franges de la société vulnérables susceptibles d’être sous l’emprise de ce mal. A chaque fois, on les sensibilise sur les conséquences néfastes qui découlent de la consommation des drogues», prévient le lieutenant de police. Et d’ajouter : «Pour ce qui est du volet répressif, la sûreté de wilaya de Tipasa compte une brigade de lutte contre les drogues qui rayonne sur l’ensemble des parties de la circonscription territorialement compétente.
En plus des éléments de la brigade des stups qui interviennent spécialement dans les affaires de drogues, notamment le démantèlement des réseaux des trafiquants, les équipes de police relevant des sûretés de daïra urbaines veillent constamment, au cours de leurs missions, à traquer les dealers, souvent interpellés en flagrant délit au cours des opérations de patrouilles ou de fouille».

Source Horizons Amirouche Lebbal

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires