Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

10 février 2011 4 10 /02 /février /2011 07:56

Algérie - Tipasa - Formation professionnelle Le secteur ouvert aux jeunes sans niveau

Tipasa-Formation-professionnelle.jpg

 

Les jeunes n’ayant pas un bon niveau d’instruction peuvent postuler pour une formation professionnelle. celle-ci leur permettra une meilleure insertion dans le monde du travail. Plusieurs postes pédagogiques seront ouverts à Tipasa pour la rentrée du 27 février.

Sur les 5750 nouveaux postes de formation, ouverts en prévision de la rentrée de l’enseignement et de la formation professionnels, le 27 février prochain, 2010 postes sont réservés pour la formation diplômante, autrement dit, résidentielle.

Selon les services de la direction de la formation professionnelle à Tipasa, ces postes concernent 12 branches professionnelles couvrant 38 spécialités différentes. Ainsi, sur l’ensemble des 68 sections qui seront constituées, 47, soit la majorité, prendront en charge la formation des stagiaires désirant obtenir un certificat d’aptitude professionnelle (CAP). « Les 47 sections en question permettront de prendre en charge jusqu’à 1380 stagiaires» précise un responsable de la direction de la formation professionnelle. Et d’ajouter :«pour ce qui est des nouveaux postes réservés aux spécialités entrant dans le cadre de la formation diplômante permettant l’obtention d’un certificat de maîtrise professionnelle, on a prévu  390 postes répartis en 13 sections». Toutefois, 08 sections d’une capacité totale de 240 postes nouveaux seront ouverts au profit des inscrits en BT (brevet de techniciens) et BTS (brevet de techniciens supérieurs). « Sur les 240 postes ouverts 120 sont destinées à la formation en BTS et l’autre moitié pour celle en BT », précisera encore le même interlocuteur.

Toujours dans le volet de la formation résidentielle, il est à noter que les niveaux d’instruction requis s’échelonnent des débutants, c'est-à-dire ceux qui savent écrire et lire jusqu’à la troisième année secondaire en passant par la quatrième année moyenne ainsi que les deux autres niveaux secondaires (1ère et 2ème AS).  Les inscrits seront orientés, assure-t-on, dans la spécialité correspondant à leur niveau. 1085 postes sont destinés à ceux qui ne maîtrisent que la lecture et l’écriture.

Un enseignant trouve que l’ouverture d’autant de postes pour ceux qui jouissent uniquement du niveau minimum, reflète une volonté réelle du secteur pour faciliter leur insertion dans le marché du travail, soit par leur recrutement dans des entreprises ou bien en créant leur propre entreprise en optant pour l’un des dispositifs d’emploi mis en place par les pouvoirs publics. Par ailleurs, 1400 nouveaux postes seront ouverts à la rentrée prochaine pour la formation par apprentissage à travers tous les centres de Tipasa. Là aussi, 877 postes de formation concerneront les inscrits maîtrisant uniquement la lecture et l’écriture.

- Manque de postulants

Près de 1 000 places pédagogiques n'ont pas été pourvues pour la rentrée de cette année dans le secteur de la Formation et de l'Enseignement professionnels de la wilaya.

Le secteur, qui offre chaque année dans la wilaya, entre 4 000 et 5 000 postes de formation, n'a pas trouvé preneurs pour près de 1 000 places que les responsables du secteur espèrent pourvoir d’ici à la rentrée de février 2012. Selon un responsable de la formation professionnelle, Tipasa est classée parmi les wilayas où le surplus est le plus faible, quand on sait qu’il n'y a eu, à ce jour au niveau national, que 60 000 inscrits pour l’année 2010-2011 sur les 200 000 places pédagogiques offertes.

Cette situation constatée surtout pour la rentrée de février s’explique par le «peu d’engouement» des jeunes pour la formation même si des campagnes de sensibilisation sont organisées tout au long de l’année, avec des rencontres de proximité, des émissions d’information à travers la radio locale, des animations sur les places publiques, l’organisation de caravanes et autres portes ouvertes sur les Cfpa.

Des efforts sont également faits par les responsables du secteur pour renouveler les spécialités et répondre aux besoins des jeunes qui s’intéressent de très peu aux sections agricoles, par exemple, selon cette direction qui constate toutefois un retour vers les métiers du bâtiment pour les garçons et la couture et la broderie pour les filles.

10 663 stagiaires sont attendus pour la rentrée scolaire 2011-2012 du mois de février dans le secteur de la formation et de l’enseignement professionnels dans la wilaya de Tipasa.

Cet effectif prévisionnel concerne tous les types de formation avec 5 750 nouveaux inscrits et 4 913 reconduits dans les formations résidentielles, par apprentissage, en cours du soir, cours destinés aux femmes au foyer, à la formation par alphabétisation et autres qualifications professionnelles, ainsi que celle en milieu carcéral. La formation résidentielle, à elle seule, recevra dans ses 161 sections pas moins de 4 498 stagiaires tandis que celle par apprentissage totalise 3 825 stagiaires dont 1 400 nouveaux inscrits.

Selon le directeur de la formation professionnelle, de nouvelles spécialités seront introduites cette année dans la wilaya. Il s'agit de l'apiculture à Attatba, de l'horticulture au Cfpa de Meurad, de la sculpture sur bois et de la décoration sur verre à Douaouda, ainsi que de la mécanique et de la réparation des machines agricoles à Meurad.

Le même responsable a insisté, par ailleurs, sur l’ouverture du secteur de la formation et de l’enseignement professionnels sur l’environnement socio-économique en axant les efforts sur la réhabilitation et la promotion de la formation par apprentissage, eu égard aux grandes potentialités qu’elle peut mobiliser soit en terme d’effectifs ou encore de spécialités.

Horizons R. L. / APS

Source Horizons Amirouche Lebbal.

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires