Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

6 juillet 2010 2 06 /07 /juillet /2010 23:47

Algérie - Bou Ismaïl: L'Institut maritime voit grand

bou-smail-institut-maritime.jpg

 

 

Créé en 1975, l'Institut supérieur maritime de Bou Ismaïl (ISM) est un établissement public national qui forme des officiers de pont, des officiers mécaniciens de 1ère classe et des ingénieurs en mécanique navale. Cet établissement public d'envergure nationale, arabe et africaine, avait formé plus de 7 000 diplômés, toutes filières confondues, dont 300 étudiants africains et arabes. A ce titre, il a délivré à ce jour plus de 32 000 certificats de stages de courte durée. C'est à la lumière de cette notoriété que cet Institut bénéficie de toute l'attention des pouvoirs publics et, partant, d'un programme d'opérations décentralisées au profit d'acquisition d'équipements pédagogiques à l'instar du simulateur de propulsion machine acquis au prix de 30 millions de dinars. Plusieurs autres opérations de réhabilitation des infrastructures existantes avec acquisition d'équipements pédagogiques modernes atteignant la somme colossale de 160 millions de dinars furent acquises au profit de cet Institut.

Il convient de rappeler, par ailleurs, que cet Institut avait bénéficié, dans un passé récent, de dons de plusieurs pays, notamment du Japon qui avait offert un don de près de 400.000 dollars destiné à financer la remise en état du simulateur radar et à l'achat de pièces de rechange ainsi qu'à la formation d'experts chargés de l'installation et de la maintenance de cet équipement. Ce don s'inscrivait dans le cadre de la réparation du simulateur radar qui est un outil de base acquis par l'Algérie lors du démarrage en 1975 de cet Institut.

Cet Institut, qui délivre des brevets pour le personnel navigant, est devenu un passage obligé pour l'ensemble du personnel navigant maritime devant être détenteur de ces brevets, notamment pour le long et moyen cours.

Précisions, par ailleurs, que ce type de brevet répond à une exigence de la convention STCW, qui est la norme mondiale standard de formation permettant la délivrance de ce type de brevet. Dans le cas de la remise à niveau et de la vérification de ces conformités, ainsi que de la certification ISO 2000, l'ISM de Bou Ismaïl avait reçu plusieurs visites d'inspecteurs de l'organisation maritime internationale.

Des observateurs experts de renom, tant algériens qu'internationaux, admettent que le travail de l'ISM de Bou Ismaïl contribue à l'accompagnement du secteur des transports maritimes et du développement de la flotte algérienne, par le biais d'une formation de qualité.

Précisons en outre que l'ISM de Bou Ismaïl est une branche de l'université maritime mondiale de MALMO (Suède) qui a obtenu, en 2004, sa certification ISO/9001/2000 du bureau de qualité canadien. Cet Institut, s'est lancé dans la formation de courtes durées dans le cadre de la lutte contre la pollution et le sauvetage en mer. C'est depuis 2006 que l'Institut national supérieur maritime (ISM) assure des formations de post graduation spécialisées dans le code ISPS de la sûreté maritime, en collaboration avec l'institut américain NEMI.

Source Le Quotidien d’Oran Larbi Houari

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires