Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

15 avril 2011 5 15 /04 /avril /2011 07:12

Le goût inachevé de la contestation

drapeau amazigh

 

Dix ans plutôt, la Kabylie a bravé l’interdit pour porter des revendications démocratiques auxquelles le pouvoir algérien a répondu par le crime. En 2011, la contestation touche les quatre coins du pays, mais la voix du peuple demeure inaudible, et les pouvoirs publics plus «cléments». Le scénario du printemps noir de 2001 est-il possible en 2011 ?

«En 2001, la Kabylie a été provoquée afin de régler des comptes au sommet de l’Etat, contrairement à 2011, où les revendications sont socio-économiques et émanent du peuple. Donc, un autre printemps noir ne verra certainement pas le jour !», révèle L. M., ancien membre du Mouvement citoyen de Kabylie (archs) et l’un des rédacteurs de la plateforme d’El Kseur. Le printemps noir est, selon ce militant pour la démocratie, l’œuvre de hauts dirigeants de l’Etat qui ont toujours instrumentalisé la région de la Kabylie, bastion de la révolte, pour se maintenir au pouvoir. 126 morts et des centaines de blessés en un temps record, tel est le bilan des événements de Kabylie de 2001. Le pouvoir algérien n’a pas hésité à user des armes à feu pour étouffer la voix des protestataires. Dix ans plus tard, les Algériens continuent et intensifient leur révolte contre la précarité qui caractérise leur vie.

Grève, sit-in et marches sont organisés dans les rues du pays, en particulier celles de la capitale. Le front social bouillonne, les forces de l’ordre se mobilisent, répriment et matraquent. Mais les organisations de la société civile demeurent «éparses», de l’avis de Saïd Salhi, ancien membre du mouvement citoyen de Kabylie et responsable du bureau de la Ligue algérienne pour la défense des droits de l’homme à Béjaïa. «Les actions de protestation menées un peu partout, notamment à Alger par les différents segments structurés ou pas de la société restent très éparses et sectaires. Cela dénote bien le degré d’émiettement des organisations de la société civile et politique et leur faiblesse à se muer en véritable front social et politique autour des revendications transversales et plus globales», analyse-t-il. A quoi est dû cet «émiettement» ? 

Pour L. M. «Le pouvoir algérien a pu acheter certains porte-voix de la population. Aujourd’hui, les partis politiques et les différentes organisations de la société civile sont  discrédités. Comment se fait-il que les deux partis politiques les mieux implantés en Kabylie n’arrivent pas à marcher conjointement pour dénoncer plus de soixante enlèvements dans la région ?», dénonce-t-il, avant d’enchaîner : «Le pouvoir algérien a réussi à créer un climat de suspicion et de manque de confiance entre figures rassembleuses et population.» Pourtant, Saïd Salhi se montre optimiste quant à un éventuel changement du régime : «Ce qui se passe en ce moment en Algérie et dans le monde arabe annonce inévitablement une nouvelle ère. Le changement arrivera sans conteste. Les différents mouvements convergeront sans doute vers une dynamique plus large et plus profonde, la société finira par forger ses outils et secréter ses propres organisations et représentants.»

Quant à L.M., il assure que «les différents compartiments du pouvoir algérien, contrairement à ce que l’on croit, sont plus que jamais solidaires et évitent de titiller la Kabylie, première région à se soulever. Au contraire, le régime fait tout pour rassurer la population quitte à mettre la main à la poche. Et cela se répercutera, sans doute, sur le successeur de Bouteflika qui trouvera un peuple assoiffé de changement et des caisses défaillantes».

Source El Watan Lamia Tagzout

Le Pèlerin

Partager cet article

Repost0

commentaires