Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

10 décembre 2009 4 10 /12 /décembre /2009 00:51

Les progrès de la médecine dans la wilaya de Tipasa

Secteur de la santé à Tipasa - Un centre de dépistage du cancer du sein à Fouka

Au cours d’une rencontre qui s’est déroulée dans la matinée de dimanche dernier au centre de la Munatec de Tipaza, le professeur Bendib Abderrahmane, chef de service au CPMC (Centre Pierre et Marie Curie) du CHU Mustapha d’Alger, a annoncé la création d’un centre de dépistage du cancer du sein à Fouka, dans la wilaya de Tipaza.

«C’est une première à l’échelle nationale », avait-il déclaré. A souligner que ladite rencontre avait été initiée par l’Association d’aide aux malades démunis (AAMD). Par ailleurs, le directeur de la santé de la wilaya de Tipaza, le Dr Amokrane, nous a indiqué que 12 hématopraticiens de la wilaya sont actuellement en formation auprès du professeur Bendib. Au niveau de la wilaya de Tipaza, note-t-on, deux hôpitaux (à Koléa et Sidi Ghilès) sont déjà pourvus de mammographes.

Les statistiques sur les patientes atteintes du cancer du sein dans la wilaya de Tipaza font encore défaut. Au demeurant, les autorités locales projettent la création d’un deuxième centre de dépistage du cancer du sein au niveau de Sidi Ghilès. Selon le professeur Bendib, quand les moyens le permettent, 2 à 3 visites sont prévues par mois par son équipe pluridisciplinaire au niveau de la wilaya de Tipaza, pour examiner environ 60 000 patientes âgées entre 40 et 70 ans. Le dépistage, précise-t-il, s’effectue à l’échelle locale, mais la prise en charge des cas confirmés se fera au CPMC du CHU Mustapha d’Alger. Aussi, la wilaya de Tipaza s’est engagée à mettre à la disposition du professeur Bendib et de son équipe les moyens matériels nécessaires pour mener à bien cette première expérience en matière de dépistage du cancer du sein.

Réalisation de plusieurs structures de santé à Tipasa : Atteindre la norme mondiale en 2010

Au terme de l’année 2010, la wilaya de Tipasa dépasserait le ratio 2 lits d’hôpital pour une population de 1000 personnes qui est la norme mondiale en ce domaine, alors qu’en 2005 le rapport a été de 1,5 pour 1000 habitants.

Le renforcement graduel de la carte médicale locale en capacité d’accueil depuis ces quatre dernières années est le résultat de lancement et de réalisation de plusieurs projets entrant dans le cadre du plan quinquennal 2004-2009 et couvrant pratiquement toutes las parties du territoire de la wilaya.

«À la fin de l’année 2010, la capacité d’accueil en matière de lits atteindra les 2,1 lits pour 1.000 habitants. Ce défi a pu être relevé grâce notamment à l’inscription de plusieurs projets de construction d’hôpitaux, de polycliniques ainsi que des UMC dans le plan quinquennal précédent», fera savoir à ce propos le Dr Amokrane, le directeur de la santé de la wilaya.

Dans cette optique, il y a lieu de signaler qu’avant janvier 2010, un grand hôpital ouvrira ses portes à Gouraya et qui prendra en charge quasiment toute la population de la partie de l’extrême-ouest de la wilaya, allégeant ainsi la pression sur l’EPH de Sidi Ghilès.

Le futur hôpital de Gouraya, d’une capacité d’accueil de 67 lits, dont 12 réservés pour la réanimation, a nécessité pour sa réalisation une enveloppe financière de 210 millions de dinars. Avec les équipements, son coût atteindra les 41 milliards de centimes. C’est dire son envergure. Pratiquement, toutes les spécialités médicales de base, entre autres chirurgie générale, gynécologie, radiologie et médecine interne y seront exercées. «À l’origine, en 2003, l’assiette devant accueillir cette grande structure a été affectée pour la réalisation d’une maternité, avant qu’elle soit réaffectée pour la réalisation d’une maternité chirurgicale. Seulement, après une étude prenant en compte les grandes opportunités qu’offre cette grande assiette et les besoins de la population locale en terme de prise en charge médicale, il a été décidé en dernier ressort d’ériger en lieu et en place l’actuel hôpital qui répond à toutes les normes en la matière»0 retrace l’histoire de l’inscription du projet en question le Dr Amokrane.

Toujours dans le volet des réalisations des structures de santé, le même responsable informera qu’avant mai 2010, une nouvelle polyclinique sera fonctionnelle dans la commune de Hadjout. Elle viendra en appoint à l’ancien hôpital datant de 1846 et qui ne répond actuellement que partiellement aux besoins de la population locale.

« La nouvelle polyclinique de Hadjout qui comprendra 12 lits dans le service des urgences et dix dans celui de la maternité assurera notamment des gardes de chirurgie, de maternité, ainsi que de chirurgie générale et dentaire », dira le même interlocuteur. En perspective, ajoute ce dernier, un projet d’hôpital de 120 lits sera réalisé à Hadjout. « Le projet du futur hôpital sera proposé en 2010 pour arbitrages.

Source El Watan / L’Horizon

Le Pèlerin

Partager cet article

Repost0

commentaires