Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

8 mars 2012 4 08 /03 /mars /2012 05:43

Algérie - La dérive des élites

point interrogation

 

La France n'est pas un pays arriéré, les progrès de l'éducation sont réels et continus malgré les éternels débats sur le recul du niveau scolaire. Et dans certains segments, le savoir français est en pointe. Voilà un pays où l'irrationnel devrait avoir été réduit à la portion congrue, insignifiante. Quand le président de la République en titre, qui joue sa réélection, claironne que le « halal» est au cœur des préoccupations des Français – il y a deux semaines seulement, il estimait que la polémique n'avait pas lieu d'être –, on ne doute pas vraiment de la réception d'un tel discours par le rationalisme des Français.
On ne doute pas mais on constate qu'une partie de la droite dite «républicaine», terme utilisé pour la différencier de l'extrême droite et des néofascistes, en vient à manquer singulièrement de respect pour les Français et à insulter carrément leur intelligence. Après l'absurde association entre vote des étrangers et le « halal» d'un ministre de l'Intérieur français, tellement obsédé par les musulmans qu'il les voit comme des étrangers même quand ils sont français, le très effacé Premier ministre François Fillon a décidé d'apporter son obole à cette basse manipulation. Le thème a été lancé par le leader d'un Front «national» qui s'impose comme l'inspirateur des débats de la droite française et de sa crétinisation accélérée.
Pourquoi tenter de faire croire que le halal est la principale «préoccupation» des Français ? Il est clair qu'en l'absence de bilan à défendre et hors de tous scrupules moraux et éthiques, on embraye sur les peurs, les haines et la fabrication de l'ennemi extérieur. Jean-Luc Mélenchon constatait, avec une ironie mordante, que Marine Le Pen «veut nous faire croire qu'on attrape l'islam par le manger !» : elle met «sur la table comme ennemi public, premièrement les musulmans, deuxièmement les juifs» avec les viandes halal et casher.
Le propos concerne plus que Mme Le Pen, mais une partie de la droite institutionnelle présumée «respectable» et «républicaine». Les Français n'étant pas des demeurés
– l'école a fait son œuvre malgré tout –, ils décodent parfaitement que l'objet de la vindicte n'est pas un rituel d'abattage mais des «étrangers», des «races», des «couleurs» et des «religions». On peut être contre le vote des étrangers sans développer un argumentaire raciste et odieux. Dans la majorité des pays de la planète, le droit de vote est limité aux nationaux. Accorder un droit de vote aux étrangers dans des municipalités est un progrès, une idée généreuse et parfois motivée par des raisons pratiques. Mais le refuser n'est pas une hérésie non plus. A condition de ne pas se fonder sur des argumentaires racistes et imbéciles. Associer le halal et le vote des étrangers est une assertion insultante pour l'intelligence des Français. Et même des faire-valoir de la «diversité» comme Rachida Dati n'ont pu empêcher de constater que l'on est en train d'assimiler les «musulmans français à des étrangers».
Mais peut-être faut-il féliciter MM. Sarkozy, Fillon et Guéant pour leurs positionnements. Leurs outrances les situent à mille lieues de ce qui fait le meilleur de la France
…

Source Le Quotidien d’Oran K. Selim

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires