Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

Archives

11 août 2010 3 11 /08 /août /2010 07:10

Algérie - Tipasa /Ramadan - Aider la femme rurale à écouler ses produits

chorba-ramadhan.jpg

C’est dans cet objectif que l’association Ikram de la femme rurale de la wilaya prévoit des sorties de sensibilisation dans les zones les plus écartées dans les montagnes.

Selon la présidente de l’association, Fouzia Rezig, cette action a un double objectif. Outre la promotion de la femme rurale, «on pousse celle-ci à aider à subvenir aux besoins de sa famille et à préserver ses activités locales manuelles et artisanales traditionnelles».

En effet, cette femme rurale qui travaille beaucoup durant l’été, doit, selon la présidente de l’association, être soutenue pour qu’elle puisse épuiser son stock en produits qu’elle fabrique elle-même manuellement, notamment ceux faits à base de terre cuite. Cette femme, qui a depuis longtemps collaboré à la récolte avec son mari et sa famille en prévision des saisons froides et dures, doit être sensibilisée afin de promouvoir ses activités.

Outre son travail artisanal, d’habitude elle prépare elle-même son orge, son blé, ses fèves et ses figues séchées pour le ramadan et pour l’hiver selon Fouzia. «En ce moment, et, avec cette saison, elle est en train de préparer la farine d’orge pour la confection, durant le ramadan du pain d’orge dit el-hamda ou «khobz chaiir» très prisé par les jeûneurs, notamment dans les villes. Nous avons donc pensé à la sensibiliser à vendre hors son village. Le couffin de ramadan ne suffit pas pour les familles nombreuses», nous a-t-elle expliqué. Et d’ajouter : «Certaines femmes ne peuvent pas se déplacer vers les villes pour vendre leurs produits. Nous leur proposons de les aider à les vendre nous-mêmes.» L’association Ikram, selon sa présidente, active avec ses membres, notamment au niveau des Douar Iazabèn, Menaceur (Marso), Sidi Semiane, Bouzirou (Bouhriz) et Benimileuk.

«La femme rurale a beaucoup de richesses devant elle dans son propre environnement. Elle peut, par exemple, stocker ou directement vendre certaines récoltes. Comme elle peut transformer certains fruits en confiture qu’elle peut vendre dans les villes où ce genre de produits «bio» et naturels sont très prisés». En outre, Ikram veut, selon Rezig, faire l’intermédiaire pour la vente des produits réalisés par cette femme rurale, notamment la vaisselle à base de terre cuite (assiettes, bols, gasaâ, marmites...).

A cet effet, le siège de l’association, sis à Nadhor, a été transformé en un petit espace de vente temporaire pour aider à écouler ces produits faits à base de produits naturels. Pour rappel, l’association Ikram a déjà bénéficié d’aide dans le cadre du projet Ong II, qui lui a permis d’aider les femmes rurales pour l’élevage, en particulier de moutons et dans l’apiculture. Sur ce point, neuf femmes ont bénéficié de ruches à l’échelle de la wilaya selon notre interlocutrice

Louable, cette initiative de l’association qui est en train de vendre des couffins fabriqués par une déficiente mentale légère de Hattatba : «je loue d’autres modèles, à des prix symboliques pour des fêtes familiales. Et à la fin de chaque mois, je donne la somme récoltée à cette femme dans le but de l’encourager afin qu’elle s’achète ses médicaments», nous révèle la présidente de l’association Ikram.

Source Infosoir Souad Labri

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires