Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

11 janvier 2012 3 11 /01 /janvier /2012 13:54

 Algérie - 11 janvier 1992 : il était une fois Mohamed Boudiaf ...

mohamed-boudiaf.gif

Il y a deux décennies de cela, un président de la République algérienne arrête sec la mission pour laquelle il a été mandaté treize années auparavant pour la remplir.

Il démissionne dans le sens le plus étymologique du terme qui laisse entendre la plus large proportion de la faillite de soi devant un devoir à accomplir. D’autant qu’il portait encore la sage auréole du "soldat le plus âgé dans le grade le plus élevé", synonyme, s’il en est, d’une espèce de doyenneté dans l’univers soldatesque et martial.

Un Front islamiste se rapproche dangereusement du pouvoir par un raz-de-marée consultatif dans un premier tour de scrutin législatif dont la plupart des forces autour de la gouvernance officielle ne s’attendaient guère nonobstant l’air du temps de l’époque où les hauts parleurs des mosquées traitaient presque de noms d’oiseau les dirigeants civils et militaires et où les populations rebelles faisaient la prière sur les trottoirs et les chaussées presque serrées contre les véhicules des services de sécurité.   

Le FLN qui cesse d’être le seul parti à se renouveler pour la reprise du pouvoir reçoit la première humiliation de son histoire, en tant que classé troisième derrière le parti de Hocine Aït Ahmed, sorti de la clandestinité.

Tandis qu’une sorte de triumvirat prend les choses rapidement en main dans un Conseil de sécurité nationale décidé en aparté : Larbi Belkheir, ministre de l’Intérieur, Khaled Nezzar, ministre de la Défense et Sid Ahmed Ghozali, chef du gouvernement – l’ordre de l’alignement indiquant les puissances de chacun quant au mot à dire dans l’Algérie de l’époque.

Toutes les assemblées sont de facto dissoutes, remplacées au plus pressé par un tout-venant volontariste, parfois à la desperados, dans les communes et dans le Parlement, pendant qu’au sommet, la République vacante, un Haut comité d’Etat est conçu avant d’être officiellement installé avec à sa tête une des plus grandes figures de proue de la  guerre de libération, Mohamed Boudiaf depuis longtemps exilé au Maroc.    

Il arrive dans le pays dans la mi-janvier croyant sur parole les décideurs qui ont été le voir à Kenitra quant à l’"urgence de sauver l’Algérie", ignorant quasiment tout sur les principes psychiques et matériels en vogue qui régentaient le destin de la nation.

Il ne pouvait pas savoir que depuis au moins une dizaine d’années, un certain Larbi Belkheir avait fini par tisser une toile suffisamment cynique et machiavélique dans la façon de diriger par la loi de la suspicion dans la valeurs des individus et des groupes et les relais du soupçon dans les fondements politiques et les actions économiques : Kasdi Merbah disait de lui : "L’homme qui te demande de veiller sur quelque chose et qui demande à quelqu’un d’autre de veiller sur ce que tu fais, youassik ouyiouassi âalik."

Jeté parmi les encombrants de l’électroménager audiovisuel, Sid Ahmed Ghozali est remplacé dare dare par son ancien maître des industries d’entraînements, Belaïd Abedeslam – encore un larron sorti de l’amnésie dirigeante, tel Ali Kafi, Tidjani Hadam et Ali Haroun, supposés alors assister le revenant d’exil politique pour "le sauvetage de l’Algérie." - histoire de demeurer devant Mohamed Boudiaf comme l’ombre rappelant Houari Boumediene, l’ennemi militaire de l’extérieur de jadis. Comme exprès pour le laisser réfléchir et agir, déjà dans un climat de cessation de paiement, sur un mental de psychologie personnelle qui ne peut pas ne faire ménage intermédiaire avec la violence, quand tous les discours sont muets.

Il a quitté l’Algérie où l’on n’avait pas le droit de dire quelque chose sauf si l’on porte des godasses ; il y est fait revenir dans les mêmes conditions presque trois décennies plus tard. Le Mahatma ressuscité aurait du mal à réinventer le principe de la non-violence pris dans cette horrible atmosphère où tout appelait à réagir par la force puisque l’ennemi était là tout désigné sans débats publics ni consultations entre groupes d’experts libres et indépendants.

Beaucoup d’anodins citoyens parce que simplement barbus ou "qamisé" ont été déportés, dont certains ont été torturés ou ont péri. Pendant que d’autres, radicalement islamistes et dangereux, ont pu se glisser dans les fameuses délégations exécutives communales dont la majorité relevait presque du mercenariat. Nombre de municipalités souffrent jusqu’à présent des agissements de ces pseudo-maires titulaires de casiers judiciaires qui réglaient les problèmes des investissements locaux presque à la o.k Corral.

C’est à peu près de cette manière que fut assassiné Tayeb el Watani, quelques mois plus tard, allant très loin de la capitale, essayer de dire quelque chose dans le langage d’un vrai président.

Source Le Matin DZ Nadir Bacha

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires