Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

11 juin 2010 5 11 /06 /juin /2010 07:50

Algérie - Des idées de sorties pour Tipasa

ruines romaines tipasa

Les familles qui sortent dans les différents coins de la wilaya de Tipasa sont de plus en plus nombreuses, notamment quand le beau temps est au rendez-vous. Elles viennent d’Alger, de Blida, de Médéa et de Aïn Defla.

Depuis la plage Colonel Abbès à Douaouda jusqu’à celle de l’oued Harbil de Damous. Les habitués qui avaient eu la chance de prospecter les meilleurs endroits au bord du littoral de Tipasa auparavant « atterrissent » bagages en main et rations alimentaires dans leurs sacs en début des journées ensoleillées pour évacuer le stress accumulé durant la semaine. La plage Kouâli, espace préféré des tourtereaux, fait l’objet, de temps en temps, de descentes des éléments de la Gendarmerie pour vérification d’identité. Des opérations coups-de-poing qui n’ont pas l’air de plaire aux couples. La corniche du Chenoua s’avère exiguë, compte tenu de l’affluence et du nombre excessif des véhicules. Les citoyens s’arrêtent au pied du mont Chenoua pour contempler l’étendue bleu azur et la baie de Tipasa. Un monument se dresse au sommet d’une colline à l’est.

Vues imprenables

Le mausolée royal du Tombeau de la Chrétienne offre lui aussi des vues imprenables. Au nord, le littoral, et au sud, la Mitidja. De retour à la corniche du Chenoua, une forêt récréative située à l’entrée est de la ville de Tipasa attire des milliers de familles. Celles-ci passent une journée entière à l’intérieur de cette étendue boisée d’une superficie de 6 ha. Le Parc national archéologique de Tipasa est régi par des horaires administratifs, contraignants pour les visiteurs. Se rendre au barrage de Boukourdane, en amont de la localité de Sidi Amar, à 13 km de Tipasa, est aussi une sortie pour les amoureux de la pêche à la ligne et le footing en pleine nature. La corniche du Chenoua cache encore ses secrets.

L’artisanat, la pêche sous-marine, le pique-nique font partie de ses atouts. A l’ouest de la localité côtière de Sidi Ghilès, la forêt « Madame Romaine » commence à enregistrer les arrivées des marées humaines, à l’instar de celle de Bouharoun, à l’ouest de la ville, et cet autre espace vert pourvu d’une cascade, implanté en amont de la ville côtière de Aïn Tagouraït. Plus loin, à l’ouest de Cherchell, la forêt de Hadjret Ennous ne cesse de connaître les animations familiales. La wilaya de Tipasa laisse toute latitude aux dizaines de milliers des familles des wilayas limitrophes de choisir le lieu, pour marquer une halte, afin de se détendre et se reposer au milieu de la nature verdoyante, depuis Sidi Amar jusqu’à l’extrémité ouest de la wilaya de Tipasa, la commune de Damous.

Les ports de Tipasa sont devenus attrayants, notamment ceux de Bouharoun, Tipasa, Cherchell et Gouraya. La présence massive de dizaines de milliers de familles qui s’éparpillent le long du littoral et au niveau des surfaces forestières illustre parfaitement la réhabilitation de la vocation touristique de la wilaya, en attendant l’arrivée des investisseurs dans le secteur. Néanmoins, des efforts sont attendus de la part de ces dizaines de milliers de familles qui quittent les lieux de détente, en abandonnant leurs sachets remplis de déchets dans les forêts et sur le littoral.

Source El Watan

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires

G
<br /> <br /> TIPAZA, je m'en souviens, un lieu bien agréable ! GENEVIEVE<br /> <br /> <br /> <br />
Répondre
L
<br /> <br /> <br /> Un lieu hyper agréable<br /> <br /> <br /> Mon<br /> arrière grand père en a été le premier adjoint au maire à la fin des années 1800<br /> <br /> <br /> Bisous<br /> <br /> <br /> Henri<br /> <br /> <br />  <br /> <br /> <br />  <br /> <br /> <br /> <br />