Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

11 mai 2011 3 11 /05 /mai /2011 06:25

Algérie - Clôture de la semaine arabe de la prévention routière à Tipasa - Sensibiliser les piétons et les conducteurs

campagne-prevention-routiere

C'est hier que s'est clôturée officiellement la Semaine arabe de la prévention routière. Cet événement qui s'inscrit dans le cadre de la prévention routière a été organisé dans les pays arabes et en Algérie du 4 au 10 mai 2011.
Ainsi, pour la wilaya de Tipasa, ce sont la Sûreté nationale et la Protection civile qui étaient les instigateurs de cette manifestation. Selon les initiateurs, «il s'agit de sensibiliser les piétons et les automobilistes sur les dangers de la route et la nécessité du respect du code de la route». Rappelons dans ce cadre que le Conseil des ministres arabes de l’intérieur (CMAI) avait mis en garde contre «la recrudescence des accidents de la route dans la région arabe, qui font des milliers de victimes par an et causent d’importants dégâts matériels estimés à plus de 25 milliards de dollars/an». Selon des spécialistes algériens, «les accidents de la route sont dus essentiellement au non-respect du code de la route, à l’état des routes, mais aussi à celui des véhicules, sans éluder la vitesse, l'alcool au volant, mais aussi l'ignorance des règles prudentielles de conduite». Mais au-delà de ce tragique et sinistre constat, les organisateurs de cet événement national et arabe ont mis l'accent sur les moyens et les équipements dissuasifs, voire coercitifs pour sauver des vies et prévenir le danger en mettant en application des dispositions de la loi 01-14 du 19 août 2001, et l'ordonnance 09-03 du 22 juillet 2009. Durant la manifestation, le public a été pris en charge par des policiers en place, chargés de vulgariser et d'expliquer la mise en œuvre des radars mobiles, équipements ultra-sophistiqués de détection des chauffards et des conducteurs ivres. Pour leur part, les policières chargées de la brigade de l'identification judicaire, notamment l'identification de l'ADN des personnes décédées se trouvant dans les véhicules sinistrés expliquaient aux visiteurs la technologie d'identification utilisée, basée sur le logiciel CIRC (identification et recherche criminelle) qui utilise une base de données de la recherche comparative des criminels supposés et à défaut utiliser la technique du portrait robot. Quant aux policiers appartenant à la brigade de la prévention routière, ils informèrent le public sur les technolgies de prélèvements sanguins et de la mise en œuvre du test d'alcoolémie (niveau d'alcool relevé à 0.20 avec les nouvelles dispositions légales). Le stand de la brigade chargée des radars routiers présenta aux curieux les performances du flash de détection dans le cadre de l'excès de vitesse. Nul n'y échappe, dès lors qu'il y a infraction. Les réfractaires et les récidivistes sont identifiés et recherchés ou arrêtés. Lors de l'explication du fonctionnement des radars, les policiers ont mis l’accent sur les notions de contraventions et d'amendes forfaitaires, ainsi que les risques majeurs de retrait de permis en cas de récidive. La commission des retraits de permis intervient et sanctionne éventuellement. L'affichage mural a permis de présenter outre les graphes et les statistiques relatifs aux accidents de la route, mais aussi la présentation de photos chocs, quelquefois insoutenables dans le but de sensibiliser les conducteurs à la prudence.

Source Le Soir d’Algérie Larbi Houari

Partager cet article
Repost0

commentaires