Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

26 septembre 2012 3 26 /09 /septembre /2012 16:07

La reconstitution des stocks de blé pèsera lourdement sur la facture alimentaire de l’Algérie.

Ancien grenier a ble

 

L’Algérie devrait encore, cette année, rester largement dépendante des marchés internationaux pour son approvisionnement en blé. Malgré les chiffres plutôt optimistes affichés par le centre de l’informatique et des statistiques relevant des douanes algériennes, les perspectives semblent s’assombrir. La valeur des importations de céréales a enregistré une baisse de 23% au premier semestre 2012 par rapport à la même période en 2011, passant de 1,66 milliard d’euros à 1,27 milliard d’euros. Sur la même période, les importations de blé ont chuté de 33% pour atteindre 1,01 milliard de dollars. Cependant, l’Office algérien interprofessionnel des céréales OAIC, a récemment dû revoir ses objectifs politiques et reconstituer ses stocks dans la mesure où les récoltes attendues ainsi que les réserves actuelles ne suffiraient pas à couvrir la demande jusqu’à la fin de l’année, comme cela avait été prévu.
Le fait est que la canicule et les incendies ayant émaillé l’été 2012 ont poussé le ministère de l’Agriculture et du développement rural à revoir ses prévisions de récoltes de 58 à 56 millions de quintaux.
Du coup, l’Office s’est vu obligé de réviser sa copie et d’annoncer que les importations en blé tendre allaient se poursuivre en 2012 pour faire face à la demande nationale estimée à 70 millions de quintaux. Selon les chiffres du cabinet de consulting britannique Oxford Business Group, la demande en blé meunier est estimée à elle seule à450 000 tonnes par mois.
Le ministre Benaïssa a d’ailleurs adressé des griefs à l’OAIC auquel il reproche la précipitation dans la fixation des objectifs annuels de couverture de la demande interne du marché en blé. Chose qui pourrait d’ailleurs expliquer le récent limogeage du premier responsable de l’office, Nourredine Kehal.
En attendant, l’OAIC doit reconstituer ses stocks, chose qui lui coûtera très cher dans la mesure où les prix du blé ont flambé entre-temps et l’offre sur le marché mondial risque de ne pas être suffisante pour satisfaire la demande du fait de la sécheresse qui frappe actuellement l’Amérique du Nord et la Russie. d’après le dernier rapport mensuel du département américain de l’Agriculture (USDA), publié le 12 septembre, les prévisions pour la production mondiale de blé pour 2012-2013 sont réduites de 4,1 millions de tonnes par rapport aux précédentes, à 658,73 millions de tonnes.
La fièvre a vite fait de s’emparer des marchés puisque le boisseau de blé a clôturé en nette hausse vendredi, à 9,3650 dollars avant de redescendre à 8,9325 dollars à la fin de la semaine dernière. Néanmoins, les courtiers continuent à s’inquiéter d’une éventuelle limitation par le gouvernement russe des exportations de blé. C’est dire que la reconstitution des stocks pèserait lourdement sur la facture alimentaire de l’Algérie.
D’ailleurs, le rapport d’Oxford Business group rappelle que l’OAIC a lancé plusieurs appels d’offres dès le mois d’août pour l’achat de blé meunier. En trois semaines, il a lancé 3 appels d’offres.Le 13 août, il acheté 500 000 tonnes de blé dur à 329 euros la tonne, majoritairement en provenance du Canada et des USA. Le 16 août, l’OAIC a acheté 350 000 tonnes de blé meunier à 273 euros la tonne. L’office des céréales a également acheté 225 000 tonnes de blé meunier à 279 euros la tonne, ainsi que plus de 400 000 tonnes la dernière semaine de juillet.
La majorité des livraisons devraient parvenir de France, principal pourvoyeur de l’Algérie en céréales.
Ces dernières devraient permettre à l’OAIC de couvrir la demande au mois de septembre et pendant la première moitié du mois d’octobre.
Source El Watan Roumadi Melissa,

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires