Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

5 avril 2013 5 05 /04 /avril /2013 06:30

Le projet de l’usine Renault-Algérie est entré dans sa phase pratique, selon Montebourg

france-algerie-copie-1

 

Le projet de l’usine Renault est entré dans sa phase pratique avec l’installation en cours de sous-traitants, d’après Arnaud Montebourg, ministre français du Redressement productif.

«Nous sommes passés aux travaux pratiques et travaillons à ce que les entreprises françaises et algériennes se rejoignent, et qu’autour de Renault puissent s’installer des sous-traitants en Algérie et faire l’apprentissage de la fabrication des pièces qui seront assemblées à Oran», a fait savoir hier M. Montebourg, cité pars l’agence APS.
Il intervenait après l’entretien qu’il a eu à Paris avec le ministre de l’Industrie, de la PME et de la Promotion de l’investissement, Cherif Rahmani, en visite de travail en France. Affirmant que «cela représente un travail de conquête de tous les savoir-faire», le ministre socialiste a encore souligné que «notre effort commun est de faire en sorte que tout le monde soit gagnant : la France, l’Algérie, Renault et Oran», lieu d’implantation de la future usine.

Interrogé sur la date d’entrée en production de l’usine, le ministre français est resté vague, disant que «nous sommes en train de travailler avec les gens de Renault, les entreprises algériennes et françaises», pour être dans les délais. M. Rahmani a, quant à lui, estimé qu’une école de formation, installée près de la future usine Renault, fournira des ingénieurs pour Renault-Algérie ainsi que pour les sous-traitants locaux. «Cette école ne se contentera pas uniquement de former pour les composants lourds, mais également pour les équipements, les composants et tout ce qui gravite autour de l’automobile», a déclaré le ministre algérien.

L’usine Renault, dont les travaux seront lancés en septembre prochain, prévoit la production de 75 000 voitures par an, avant de passer à 150 000 unités/an, dont une partie sera destinée à l’exportation. L’usine produira des véhicules avec un taux d’intégration de la production nationale de 20 à 25% dans une première étape et qui pourrait passer à 60% avec l’intégration des segments pneumatiques et vitrage.
Le démarrage effectif de la fabrication des véhicules de la marque Renault en Algérie devrait intervenir dans les 14 mois qui ont suivi la création, en janvier dernier, de la joint-venture baptisée «Renault Algérie Production».

M. Montebourg a par ailleurs relevé qu’il y a «beaucoup d’entreprises françaises qui veulent revenir travailler en Algérie, s’y établir, nouer des accords et des partenariats de long terme».
C’est le cas des secteurs des transports et de la construction. «Ce qui est un partenariat gagnant gagnant entre la France et l’Algérie là encore. Ce qu’on a fait chez Renault, on le fait dans le ferroviaire, la construction et dans beaucoup d’autres domaines», a-t-il conclu.

Source El Watan H.L.

Le Pèlerin

Partager cet article

Repost0

commentaires