Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

19 juillet 2013 5 19 /07 /juillet /2013 06:57
Décès de Henri Alleg, pourfendeur de la torture en Algérie  
Henri-Alleg.jpg
Le journaliste et militant communiste Henri Alleg, auteur de l'ouvrage "La Question" (1958) qui dénonçait la torture pendant la guerre d'Algérie, est décédé mercredi à Paris à l'âge de 91 ans.
Il avait fait de l’Algérie sa patrie d’adoption. Le journaliste et militant communiste Henri Alleg, auteur de l'ouvrage "La Question" (1958) qui dénonçait la torture pendant la guerre d'Algérie, est décédé mercredi 17 juillet à Paris à l'âge de 91 ans, a révélé le quotidien l'Humanité dont il fut secrétaire général. Publié à l'époque aux éditions de Minuit, ce livre-témoignage, qui s'est vendu à quelque soixante mille exemplaires en quelques semaines, avait été saisi au lendemain de sa parution.
Né en juillet 1921 à Londres, de parents juifs polonais ayant fui les pogroms, Henri Salem, dit Alleg, arrive en avril 1940 à Alger et adhère un an plus tard au Parti communiste algérien (PCA), dont il est membre du comité central jusqu'à sa dissolution en 1955.
Il dirige le quotidien "Alger républicain", organe du PCA, de février 1951 à juillet 1955, date de son interdiction. Arrêté en 1957 en pleine bataille d'Alger et torturé par les parachutistes français, il est condamné en 1960 à 10 ans de travaux forcés en France. Il s'évade un an plus tard et regagne la capitale algérienne. Il refonde alors "Alger républicain" jusqu'à son sabordage suite à la chute du président Ben Bella [après un coup d'État mené en 1965 par son vice-Premier ministre, le colonel Houari Boumediene, NDLR].
Henri Alleg, adhérent au PCF auquel il restera fidèle jusqu'à la fin de sa vie, a été journaliste à l'Humanité de 1966 à 1980.
Nota de votre Serviteur
Votre Serviteur a eu l’occasion de participer à une conférence qu’Henri Alleg donna il y a quelques années aux « Forges de Pyrène » à Foix sous l’égide de « La Libre Pensée Ariégeoise »
Je garde de ce serviteur des Libertés un excellent souvenir….Voir photo ci-dessus
Et bien que votre Serviteur ne partageât pas totalement les idées de l’écrivain, en particulier en ce qui concerne l’action d’Albert Camus.
Albert Camus, cet exemple d’humanisme, ne concevait pas l’Algérie sans la France…
Bien des protagonistes auront regretté de ne pas avoir suivi les idées que Nelson Mandela choisit moult années plus tard….
Tiens hier c’était le 95ème anniversaire de cet exemple de la vie en communauté
Avec un jour de retard….. !!!!....Bon anniversaire, Monsieur le Président…..!!!!
Pour visionner l'article relatif au passage du défunt écrivain en Ariège, cliquez ici...
 Source France 24   
Le Pèlerin
Partager cet article
Repost0

commentaires