Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

12 mai 2011 4 12 /05 /mai /2011 15:37

Tipasa. Mois du patrimoine : Célébration à huis clos - Des vestiges archéologiques précieux à réhabiliter.

ruines romaines tipasa

Les populations de toutes les localités de la wilaya de Tipasa sont dans l’indifférence et la méconnaissance de cet important événement culturel.

Le mouvement associatif local (satellites, ndlr), chargé d’animer les manifestations culturelles d’une manière particulière durant ce mois, du 18 avril au 18 mai, pour sensibiliser et rapprocher le citoyen de son patrimoine matériel et immatériel, se contente des agitations «stériles». Pas de réalisme sur le terrain et encore moins pour perpétuer la culture de préservation des patrimoines. Conjoncture favorable et opportunisme caractérisent les pulsations de ces nombreuses associations locales. Heureusement qu’un nombre insignifiant d’entre elles restent dévouées pour la cause culturelle. Si, en 2010, le thème s’intitulait «Patrimoine, culture et identité», cette année, cet important rendez-vous culturel s’est imprégné d’un thème intitulé «Le patrimoine culturel et la société de proximité».

Le programme de la célébration de ce Mois du patrimoine version 2011, dans la wilaya de Tipasa, s’articule autour de 4 axes définis par la tutelle. «Les associations, la société civile et le patrimoine culturel ; la sensibilisation et les conférences ; l’initiation au patrimoine et enfin le patrimoine dans ses états», nous confirme le directeur de la culture de la wilaya de Tipasa. Le drame pour ce secteur du «second collège» dans la wilaya de Tipasa, c’est le mépris affiché par les citoyens à l’égard des patrimoines culturels matériels et immatériels de cette wilaya côtière. Plus dramatique encore, c’est l’insouciance de la majorité du mouvement associatif et des jeunes envers les richesses naturelles et historiques que renferme cette wilaya.

Ce n’est point l’agitation des groupuscules opportunistes qui pourront dissimuler ce triste état des lieux. Indéniablement, les pouvoirs publics, dans la wilaya de Tipasa, avaient investi dans le secteur de la culture, tant en matière de réhabilitation des sites et monuments historiques que celle relative à la construction des infrastructures culturelles, et cela mérite d’être signalé.

La préservation, une affaire de tous

La célébration du Mois du patrimoine à Tipasa a débuté à huis clos. Le patrimoine culturel concerne en premier lieu le jeune citoyen, l’adulte de demain notamment. Il est encore temps pour inculquer cet amour de la culture algérienne au pluriel dans une atmosphère de convivialité à cette jeunesse mais aussi aux gestionnaires des affaires publiques locales.
Les musées, les sites archéologiques, les deux phares, les monuments historiques et les casbahs qui existent encore dans la wilaya de Tipasa méritent d’être visités, côtoyés et pris en charge, pour perpétuer l’histoire de ce morceau du territoire du Bassin méditerranéen. La mise en valeur des patrimoines culturels ne sera rayonnante et influente qu’avec la participation des citoyens jeunes et moins jeunes, femmes et hommes, et des représentants locaux des médias, et non d’une façon officielle et «rigide».

Les associations culturelles et les comités de fêtes communaux doivent s’y mettre sans calculs pour impliquer les jeunes générations dans la protection et la préservation de leur culture plurielle. La direction de la culture de la wilaya de Tipasa a entamé la célébration du Mois du patrimoine par une exposition des œuvres de l’artiste peintre Hamri Abdelkrim et l’organisation des semaines culturelles des autres wilayas. L’administration locale du département ministériel de Khalida Toumi, à travers ses sporadiques actions, tente indirectement d’alerter l’opinion publique sur le danger qui guette l’environnement culturel dans cette wilaya, de surcroît en ce mois particulier du patrimoine.
Source El Watan M'hamed Houaoura

Le Pèlerin

Partager cet article

Repost0

commentaires