Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

13 janvier 2010 3 13 /01 /janvier /2010 00:48

Algérie - Tipasa : l’aquaculture fait une percée dans la wilaya
aquoa--tipasa.jpg

A sa mise en fonction, la ferme produira annuellement 50 tonnes de poissons marins (25 T de dorades et 25 T de loups de mer). Quant à son écloserie, elle aura une capacité de production de l’ordre de un million d’alevins par an.
La wilaya de Tipasa qui produit annuellement 10.000 à 12.000 tonnes de poissons, réceptionnera avant la fin de cette année, deux projets pilotes dans le domaine de l’aquaculture. Il s’agit d’un établissement de production de moule (mytiliculture) ainsi que d’une ferme d’élevage de poissons marins, tous deux implantés à Bou-Ismail.
Actuellement les chantiers respectifs des deux projets connaissent un état d’avancement de l’ordre de 60%. Le lancement de ce type de structure, entre, selon le ministre de la Pêche et de la Production halieutique, Smail Mimoun, qui était en visite d’inspection et de travail avant-hier dans la wilaya de Tipasa, entre dans le cadre de la stratégie de développement de la filière de l’aquaculture qui ambitionne à terme le renforcement de la production halieutique. Une production qui a été qualifiée par un responsable du centre national de recherche et de développement de la pêche et de l’aquaculture (CNRDPA) de Bou-Ismail de limitée.
Dans le volet de développement de l’aquaculture, le ministre de la pêche a indiqué que  notre littoral dispose de 75 sites propices à l’aquaculture, dont six à Tipasa. Concernant l’élevage marin on en recense 56 sites, dont 2 dans cette wilaya.
Concernant le centre conchylicole de Bou-Ismail qui sera réceptionné normalement au mois de juin prochain, il occupe une assiette de terrain de 2.000M2. Pour sa réalisation les pouvoirs publics lui ont consacré une enveloppe budgétaire de huit milliards de centimes. Cette entité qui est directement liée au CNRDPA, servira, en plus de l’aspect inhérent à la production de moules, comme structure de démonstration, de formation et de recherche. Ce centre permettra aussi la réalisation de projets de recherche dans le domaine de la conchyliculture ainsi que l’utilisation de nouvelles techniques d’élevage en mer.
Pour ce qui est de la deuxième structure implantée à Bou-Ismail, à savoir la ferme d’élevage de poissons marins, également mise sous la gestion du CNRDPA, elle a bénéficié d’un financement de réalisation mixte entre l’Algérie et l’Espagne. Ainsi la partie algérienne qui a pris en charge la réalisation des gros œuvres ainsi que l’acquisition de quatre cages flottantes, a débloqué une enveloppe financière de 200 millions de dinars.
L’Espagne, quant à elle, s’occupe, en plus de son équipement, dont le coût est évalué à un million d’euro, des volets études, formation et assistance technique, pour lesquels, elle a consacré un montant de 430.000 euros. A sa mise en fonction, la ferme produira annuellement 50 tonnes de poissons marins (25 T de dorades et 25 T de loups de mer). Quant à son écloserie, elle aura une capacité de production de l’ordre de un million d’alevins par an. Cependant, ce projet aura d’autres missions se rapportant, selon un communiqué du ministère de la Pêche, à la recherche appliquée, la formation et la vulgarisation dans les domaines de l’élevage en cages flottantes.
Source Horizons Amirouche Lebbal.
Le Pèlerin

Partager cet article

Repost0

commentaires