Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

13 janvier 2011 4 13 /01 /janvier /2011 07:04

Algérie - Campagne moisson - Battage à Tipasa : La production en deçà des prévisions

agriculture

 

Quoique les objectifs tracés par le ministère de l’agriculture dans le contrat de performance inhérent à la production céréalière soient atteints dans la wilaya de Tipasa, il n’en demeure pas moins que les perspectives projetées par la direction des services agricoles (DSA) de la wilaya avant le début de la campagne moisson/battage de cette saison ne sont pas réalisées.

En effet, les prévisions de la DSA, calculées sur la base des surfaces emblavées cette année (16.000 hectares), misaient sur une moisson de 466.007 quintaux toutes espèces de céréales incluses. En détails 286.054 quintaux de blé dur, 121.353 quintaux de blé tendre, 48.100 quintaux d’orge et 10.500 quintaux d’avoine, avec un rendement global de 31 quintaux/ha. Seulement, ces chiffres qui promettaient encore pour cette année une production locale exceptionnelle ont été revus à la baisse à quelques jours de la clôture de l’opération moisson/battage.
Actuellement, la récolte a atteint pratiquement 360.000 quintaux, dont 207.010 quintaux de blé dur, 98.900 quintaux de blé tendre, 44.805 quintaux d’orge et 8860 quintaux d’avoine. «La campagne de moisson/battage se poursuit encore à travers la wilayas de Tipasa. Avec la récolte déjà engrangée on a dépassé les objectifs assignés dans le contrat de performance de la tutelle.
Tout de même on espérait que les rendements soient, comme l’année dernière, exceptionnels, mais à cause de deux contraintes d’ordre climatique, en l’occurrence un choc thermique (chaleur et froid) observé fin février et début mars ainsi qu’un déficit hydrique, on a enregistré une petite baisse de production par rapport aux prévisions tracées», confie un chef de service de la DAS de Tipasa.
En termes plus clairs, les contraintes évoquées par le responsable en question, se sont traduites par l’empêchement d’un grossissement normal du grain après sa formation, dans une partie des champs semés, d’où la baisse du rendement. «L’opération de stockage de la production dans les trois points de collecte de la wilaya implantés à Hadjout, Cherchell et Bourkika qui cumulent, pour information, une capacité de 250.000 quintaux, se poursuit toujours. Jusqu’à maintenant on est arrivé à la collecte de 50% de la moisson», affirme encore le chef de service.
Toutefois, il y a lieu de signaler que, pour la première fois, les exploitants agricoles de Tipasa n’on pas eu recours à l’aide des moissonneurs des autres wilayas pour boucler la campagne de cette année. «Avec les 11 nouvelles moissonneuses-batteuses mobilisées par la CCLS (coopérative des céréales et des légumes secs), qui s’ajoutent aux six engins déjà existants, les fellahs de la wilaya n’ont pas trouvé de difficultés, comme ce fut le cas auparavant, pour procéder à la moisson de leur production. En tout, on a recensé uniquement 16 hectares de céréales déclassés pour manque de rendement et 10 autres ayant subi des incendies. D’une manière générale et techniquement, la campagne s’est très bien déroulée et surtout sans grandes pertes notables», conclut le même interlocuteur

Source Horizons Amirouche Lebbal.

Le Pèlerin

Partager cet article

Repost0

commentaires