Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

Archives

13 juillet 2010 2 13 /07 /juillet /2010 08:23

Tipasa : Soutien de la chambre de l’artisanat aux jeunes sans diplôme

formation_tipasa.jpg

 

De nos jours, la clef essentielle pour un jeune pouvant lui ouvrir grandes les portes du monde du travail est le diplôme. Si pour certains ce sésame figure en bonne place dans leur Curriculum vitae, ce n’est pas le cas pour d’autres, parmi lesquels, pourtant, un nombre non négligeable maîtrise parfaitement un métier.

Leur seul tort est d’avoir fait confiance à certains patrons d’entreprises ou chefs d’ateliers qui, par calcul étroit, les exploitent en noir sans les déclarer. En effet, combien de jeunes après des années de travail, se retrouvent, au bout du compte, sans aucune attestation pouvant justifier leur expérience acquise? Pour que ce potentiel que constitue cette frange de la jeunesse se transforme en une véritable force économique créatrice de richesse, la chambre de l’artisanat et des métiers (CAM) de la wilaya de Tipasa a fait de la réhabilitation de la main-d’œuvre expérimentée sans diplôme, qui évolue malgré elle à la lisière de la sphère de l’économie légale, son combat.
Ainsi, depuis le 1er mars 2009, il ne se passe pas une semaine sans que la CAM ne délivre des diplômes à ces jeunes laissés-pour-compte. «Chaque semaine des commissions de la CAM, constituées notamment par des maîtres-artisans, organisent des tests aux jeunes ayant une expérience dans un métier. Au terme de celui-ci, la commission spécialisée donne son approbation pour la délivrance de diplômes pour les candidats méritants. Des fois la CAM accorde jusqu’à 30 diplômes par semaine», confie à ce propos Mme Mérabet, la présidente de la chambre. La CAM délivre des diplômes qui sont reconnus par l’Etat dans trois grands créneaux d’activités. A savoir les prestations de services (coiffure, mécanique…), production de biens (menuiserie...) et bien évidement l’artisanat qui est classé comme l’une des vocations premières à Tipasa.
«Avec ce diplôme, le jeune, en plus de renforcer ses chances en vue d’être recruté par une entreprises, il peut surtout monter son propre affaire en souscrivant à l’un des dispositifs de création d’emploi mis en place par l’Etat, notamment l’Ansej et l’Angem» souligne la présidente de la CAM. Pour elle, le fruit du travail entrepris depuis l’année dernière par la chambre de l’artisanat a donné ses fruits.
A ce propos, elle confie que grâce aux diplômes qui leurs avaient été délivrés, des jeunes porteurs de projets ayant ensuite bénéficié des avantages des dispositifs Ansej et Angem gèrent actuellement des affaires qui marchent bien. «À chaque fois que quelqu’un parmi eux nous rend visite, il ne tarit pas d’éloges envers la chambre

Car pour eux, la CAM leur a accordé la clef manquante pour qu’ils se frayent un chemin vers la réussite», révèle-t-elle. Le soutien de la CAM pour les sans diplômes maîtrisant un métier ne se limite pas à priori à ce niveau. Des cycles de formation en techniques de base de gestion de micro entreprises sont régulièrement organisés par la chambre en partenariat avec le bureau international du travail (BIT). «La CAM tient régulièrement des sessions de formation en gestion des entreprises à la faveur des porteurs de projet.

A ce propos, il faut savoir que les encadreurs de ces cycles ont été formés par des formateurs appartenant au BIT. Ceux qui prennent part à nos sessions apprennent notamment les techniques de bases en management, communication et de la comptabilité. En un mot, la CAM à travers ces cours ambitionne d’offrir aux futurs jeunes promoteurs les outils d’une bonne gestion administrative de leur affaire», conclut Mme Mérabet.

Source Horizons Amirouche Lebbal.

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires