Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

14 juin 2011 2 14 /06 /juin /2011 07:13

Algérie - Dispositif de création d’emploi à Tipasa : Bilan satisfaisant pour l’association des jeunes investisseurs

cci tipasa

 

Après quelques mois seulement de la mise en application des nouvelles mesures décidées par les pouvoirs publics en vue de faire bénéficier davantage de jeunes porteurs de projets du dispositif de création d’emploi Ansej, Boudjellali Kamel, président de l’association des jeunes investisseurs de la wilaya, tire un bilan plutôt positif de l’impact de ces réformes, et ce, souligne-t-il, à bien des égards. «À titre illustratif, rien que de janvier jusqu’au terme du mois de mars, plus de dix mille dossiers de demande de création de micro-entreprises ont été déposés au niveau de l’antenne de l’Ansej à Tipasa. Ce chiffre important reflète de prime abord, et comme c’est le cas d’ailleurs dans les autres régions du pays,  l’intérêt considérable que portent les jeunes chômeurs de notre wilaya pour ce dispositif devenu désormais accessible pour leur grande majorité après notamment la réduction du taux de l’apport personnel dans le montage financier du projet, soit à titre indicatif de 5 à 1% pour un projet plafonné à cinq millions de dinars», remarque-t-il. Et d’ajouter : «Cette mesure incitative a été renforcée par d’autres outils et allègements, particulièrement dans l’étude des dossiers des porteurs de projets au niveau de la commission locale (CLEF), dans laquelle notre association siège au côté des organismes intervenant dans ce sens (banques, Ansej…). Ainsi, la CLEF a donné son accord pour le lancement de plus de 96% de projets. Le taux minime restant représente en partie des cas d’ajournement en attendant la levée des réserves émises ou bien des rejets pour des raisons qu’on doit, au demeurant, de clarifier. C’est vous dire les améliorations apportées dans le traitement des dossiers et partant, la volonté de tous les intervenants dans ce processus, les banques particulièrement, de s’impliquer davantage dans cette formidable synergie.» Toutefois, tempère-t-il, le rush continuel des jeunes observé au niveau de l’antenne de l’Ansej de Tipasa, depuis l’applications des nouvelles mesures, a inexorablement engendré une certaine pression de travail qui se répercute fatalement sur la prise en charge et le traitement des dossiers.
Alors pour y remédier, Boudjellali Kamel suggère l’ouverture des annexes de l’antenne de Tipasa, soit une dans la région est, et l’autre pour rayonner sur la partie ouest. Pour autant, ce dernier souligne en parallèle que l’opportunité offerte aux jeunes, optant pour le dispositif Ansej, d’investir quasiment dans tous les secteurs d’activités à Tipasa, ce qui n’était pas le cas avant, a eu non seulement un écho favorable parmi les porteurs de projets, mais mieux encore, elle aura un impact considérable sur le renforcement du réseau local des PME-PMI à moyen et à long termes. «Le moins que l’on puisse dire est que les jeunes postulants pour bénéficier du dispositif Ansej à Tipasa font montre d’un esprit d’entreprenariat très appréciable et proposent des idées d’investissement intéressantes. Il suffit simplement de les encadrer en les accompagnant davantage pour la réalisation de leurs projets et même durant la phase de son exploitation», conclut-il

Source Horizons Amirouche Lebbal

Le Pèlerin 

Partager cet article
Repost0

commentaires