Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

16 février 2012 4 16 /02 /février /2012 04:11

Avant même qu'elles ne reprennent leur souffle

001111 5 juillet sous la neige (8)

 

La neige poursuit son déferlement avec tous les désagréments y afférents. Selon les services de la Gendarmerie nationale, qui ont établi un point de situation, ce sont 13 wilayas du pays qui sont bloquées, suite aux intempéries enregistrées durant ces dernières 24 heures.

Hier à 09 heures du matin, heure du constat, les routes nationales et les chemins de wilaya y étaient tout simplement coupés à la circulation. La même source rapporta que Tizi-Ouzou, Boumerdès, Bouira, Tipaza, Chlef, Médéa, Aïn Defla, Mila, Bordj Bou Arréridj, Sétif, Béjaia, Jijel et Skikda, ont toutes vu des tronçons entiers coupés, accentuant ainsi l'isolement des populations et leur malheur. Cela arrive, rappelons-le, au moment où ces mêmes populations ne se sont pas encore remises des premières chutes de neige qui ont vidé les " greniers ".

Et voilà qu'une autre vague s'abat sur les misérables vivant déjà presque dans un total abandon !

Il n'est plus un secret pour personne que les premières chutes -c'est vrai, exceptionnelles, mais pas si dramatiques qu'on a tendance à les décrire- ont montré les limites et des collectivités locales, et des corps constitués concernés et même de la volonté citoyenne à faire face notamment à des coupures de routes aussi généralisées. Elles ont également démontré l'incapacité des entreprises censées chauffer et éclairer les citoyens à jouer convenablement leurs rôles.

Elles ont aussi, comble de malheur, dévoilé une autre facette, celle-ci trop hideuse, de la spéculation, qui a fait, qu'une une bonbonne de gaz vaille 3 000 DA.

Encore du Gaz et des vivres !!!

Parfois carrément abandonnées à leur sort, des localités ne cessent de lancer des cris de détresse. A des températures toujours au-dessous de zéro, depuis plus de dix jours, il y en a celles où aucune bonbonne de gaz butane n'arrive. Accrochées à des promesses des Assemblées communales qui s'accrochent, à leur tour, à celles provenant de partout et finalement de nulle part, les citoyens ont pris déjà l'habitude de former des queues interminables pour la fameuse bouteille qui ne parvient pas à leuir arriver! Une bouteille que les réseaux sociaux ont surnommée " le plus beau cadeau de la Saint-Valentin ", voire même objet d'amour. Dans les hauts villages, c'est la misère dans tous les sens du mot. Ce sont tous les efforts, à vrai dire, de désenclavement des uns et des autres qui sont anéantis. Un retour pur et simple à la case -départ. Les routes dégagées se refermeront à nouveau, avant même que les citoyens ne puissent se ravitailler convenablement. Avant même que les corps ne reprennent un peu d'énergie d'ailleurs, car il n'y pas que le gaz butane qui fait défaut. D'autres produits de première nécessité ont déserté le marché. Et quand on les trouve c'est à des prix i.n.a.b.o.r.d.a.b.l.e.s. Logique commerciale : la rareté fait la cherté.

Réseaux téléphoniques, le comble

Cet isolement inédit dans l'histoire de l'Algérie indépendante est, osons le mot, total. Il affectera ceux qui sont dans et hors-tempête. La raison ?

Une défaillance elle aussi inédite dans les réseaux de communication. Appeler de, ou vers, les régions qui subissent de plein fouet les affres des intempéries, n'est pas toujours chose facile.

A cause des coupures d'électricité, énergie des antennes et d'autres installations, ainsi que d'autres problèmes techniques, les réseaux de la téléphonie mobile ont souffert, durant toute la journée d'hier, de dysfonctionnements. Idem pour les réseaux de la téléphonie fixe.

Les citoyens ont noté des " dérangements ", mais aussi des défaillances à l'instar d'être reçu par quelqu'un qu'on n'a pas appelé. La connexion Internet n'a pas échappé à la règle. Des cybercafés et des internautes, ont connu des perturbations , qu'on pressent chroniques si le temps, le même sale temps, se poursuivait.

Source Les Débats Hamid Fekhart

Le Pèlerin

Partager cet article

Repost0

commentaires