Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

14 juillet 2010 3 14 /07 /juillet /2010 07:43

Algérie - Plage de Tipasa : La défection des estivants

plage_tipasa.jpg

 

La moitié du premier mois de la haute saison, en l’occurrence juillet, est presque consommée et les plages de Tipasa n’auraient pas apparemment su comment séduire les grandes foules, du moins fidéliser les estivants qui s’y étaient rendus l’année dernière.

Les statistiques obtenues de la protection civile ne font pas état d’un écart, par rapport à 2009. On parle d’une chute qui aurait atteint la barre des 44,45%. En effet, depuis le 1er juin, date marquant le début de la saison estivale jusqu’au 13 de ce mois, les 43 plages tolérées à la baignade sur tout le littoral de Tipasa ont connu une fréquentation estimée à 2 millions d’estivants, tandis qu’en pareille période de la saison dernière l’affluence a atteint les 3,6 millions d’estivants, tout en sachant aussi que ce dernier chiffre n’est pas une référence comparativement aux records enregistrés précédemment, notamment en 2008 lorsque Tipasa a terminé sa saison estivale avec un bilan faisant ressortir une fréquentation globale de plus de 31 millions.
Et pourtant, en matière de commodités et aménagement des plages, force est de reconnaître que toutes les dispositions ont été prises, particulièrement ces dernières années, par les pouvoirs publics à différentes échelles pour que les sites de baignades soient à la hauteur des attentes des vacanciers. A cela s’ajoute les dispositifs de sécurité mis en place durant chaque été par le groupement de la gendarmerie nationale et la sûreté de wilaya, dans ses plages et ses axes routiers, aux fins de garantir aux millions d’hôtes un climat de tranquillité et de sécurité. En somme, la cause de ce recul est à chercher ailleurs. En attendant les réponses, la réalité est là. Les grandes plages jalonnant le littoral de Tipasa attendent désormais les week-ends pour faire tant bien que mal « le plein » de baigneurs. La partie ouest de la bande littorale (Damous, Gouraya…) déjà moyennement fréquentée en temps normal, peine cette année à drainer le minimum des foules. Les grands axes routiers traversant la wilaya à l’instar des RN11 et RN 67 qui, en période pareille contenaient difficilement leurs usagers en partance vers les plages respirent mieux cette année, du moins jusqu’à maintenant.
« J’emprunte quotidiennement la route nationale du littoral pour rejoindre mon poste de travail à Tipasa ville. Ce qui m’a marqué est que par rapport à l’année dernière, cet été je n’ai pas trop souffert au milieu des embouteillages qui se formaient surtout durant les matinées en entrant ou en sortant par exemple dans les villes de Khmisti, Bouharoun et Ain Tagourait. Je n’irais pas jusqu’à dire qu’il n’y a plus de bouchons, mais ce dont je suis sûr c’est qu’ils ont baissé au point de remarquer la différence. Cependant, le week-end dernier j’avais du mal à m’y déplacer facilement au bord de mon véhicule», atteste Ahmed un habitant de Bou Ismail.
Pour Mohamed, un père de famille de Hadjout, la cause de la baisse d’affluence dans les plages s’explique par l’approche du mois sacré de Ramadhan. « Aller à la plage, surtout en famille, suppose immanquablement des dépenses supplémentaires qu’on puise dans le budget mensuel. Le mois de carême est presque aux portes. Pour un père de famille de conditions moyennes le choix est vite fait. Il opte pour le principe de la thésaurisation afin qu’il puisse faire face, non seulement aux exigences de la table d’El Iftar, mais aussi pour les achats d’El Aïd. A mon avis, l’algérien moyen peut sacrifier sans regrets ses vacances pour mieux se préparer financièrement à un meilleur rendez-vous qu’est le Ramadhan », explique-t-il.
Toujours est-il, la baisse du taux de fréquentation des plages à Tipasa s’est traduite par une diminution sensible du nombre des accidents de la route enregistré depuis le début de la saison estivale.

Source Horizons Amirouche Lebbal.

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires

L
<br /> <br /> Sur les plages abandonnées .........<br /> <br /> <br /> coquillages et crustacés s'ent sont allés ........<br /> <br /> <br /> C'est dèja la fin de l'été........<br /> <br /> <br /> " Ici ! quelle chaleur .! et hélas beaucoup de monde.!."............<br /> <br /> <br /> <br /> <br /> <br /> <br /> <br /> <br /> <br />
Répondre
L
<br /> <br /> Bonjour x<br /> <br /> <br /> Savez vous qu’à l’ouest de Ténès il y a des plages désertes et des poissons qui meurent de<br /> vieillesse<br /> <br /> <br /> Bonne soirée<br /> <br /> <br /> Le Pèlerin<br /> <br /> <br />  <br /> <br /> <br />  <br /> <br /> <br /> <br />
S
<br /> <br /> Cette année plus de 1 millions et demi d'algériens ont choisi la Tunisie, et une bonne partie la Turquie (statistiques en cours), Si la majorité d'algériens aisés ont choisi des complexes<br /> touristiques un peu chères! D'autres sont restés faire les va et viens continuellement sur les plages et les piscines!<br /> <br /> <br />  Ces tunisiens sont de fins intelligents ils savent comment capter les algériens trop dépenseurs? alors que les marocains, dont ceux de l'est, à défaut de l'ouverture de ces frontières<br /> communes, semblent se confiner dans lesdivers trafics le long des frontières (drogues, essence, aliments, télé et téléphones portables,;;;) Vive le Maghreb des chimères!<br /> <br /> <br /> <br />
Répondre
L
<br /> <br /> Bonjour<br /> Salah,<br /> <br /> <br /> Le peuple aspire à la liberté de circulation à l’est comme à<br /> l’ouest<br /> <br /> <br /> Les querelles avec le Maroc ne sont que chimères.....<br /> <br /> <br /> Dieu que les "politiques" sont compliques<br /> <br /> <br /> Amicalement,<br /> <br /> <br /> Le<br /> Pèlerin <br /> <br /> <br />  <br /> <br /> <br />  <br /> <br /> <br /> <br />
H
<br /> <br /> Ils ont peur du terrorisme et de l'insécurité ! GENEVIEVE -<br /> <br /> <br /> <br />
Répondre
L
<br /> <br /> J’y vais souvent là bas<br /> <br /> <br /> J’y ai marche seul, a, pied par la route de la corniche, arme de mon sac a dos, mon<br /> appareil photo et mon baton...<br /> <br /> <br /> Je n’en n’ai pas vu la queue d4un<br /> <br /> <br /> Alors pas d’amalgame<br /> <br /> <br /> 30 km à pied cela n'use que les souliers<br /> <br /> <br /> J’en ai d'ailleurs fait un blog qui existe toujours<br /> <br /> <br /> Ah si les gens ne parlaient que de ce qu'ils savaient bien des textes seraient vides<br /> <br /> <br /> Bonne journée<br /> <br /> <br /> Le Pèlerin<br /> <br /> <br />  <br /> <br /> <br /> <br />