Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

15 mars 2011 2 15 /03 /mars /2011 10:34

Algérie - Salon de l’automobile d’Alger - Le rêve en attendant le crédit automobile

salon-alger.jpg

 

Tout est fin prêt pour l’inauguration de la 14e édition du Salon international de l’automobile d’Alger ce jeudi 17 mars. Un rendez-vous tant attendu par les Algériens pour ce qu’il apporte comme promesses et suscite le rêve. Un événement qui ne cesse d’évoluer en s’adaptant aux attentes de clients de plus en plus exigeants et qui se révèlent souvent de fins connaisseurs du monde des voitures.

A la veille de cette édition qui aura lieu entre le 17 et le 27 du mois courant, le président de l’Association des concessionnaires automobiles (AC2a), Mohamed Bairi, accompagné de membres du bureau et des responsables de la Safex, est revenu longuement sur les conditions de préparation et l’état d’esprit qui préside chez les participants. Il relèvera d’emblée une évolution dans la qualité de représentation et un passage de plus vers la professionnalisation tant de la part des concessionnaires que des organisateurs. Le nombre des participants a, lui aussi, progressé pour passer de 27 lors de la dernière édition à 29, avec une présence de société de tuning, d’organes de presse et de compagnies d’assurances. M. Bairi insistera, par ailleurs, sur la prise de conscience enregistrée chez la majorité des concessionnaires pour proposer aux visiteurs des stands aux normes internationales et des nouveautés aussi bien en modèles que technologies nouvelles. Quant aux remises et autres promotions qui ont fait l’objet ces derniers temps de polémiques sur leur suppression durant le salon, le président de l’AC2a a apporté un démenti en laissant la liberté aux uns et aux autres d’offrir aux clients des opportunités d’achat mais tout en précisant que «cela ne doit pas être la finalité de la manifestation». Par ailleurs, le représentant des concessionnaires n’a pas dissimulé son appréhension sur les contraintes bureaucratiques qui perturbent le secteur et a souhaité un «allègement des circuits d’importation tant pour les véhicules que pour la pièce de rechange». Ce qui n’a pas empêché pour autant une nette reprise des importations en 2010 (285 000) comparativement à l’année 2009 (277 881). Un parc estimé à 5 millions d’unités, dont 25% concentrés à Alger et plus de 55% dont l’âge dépasse les 20 ans. Ces chiffres ont permis à l’orateur d’aborder un volet important dans l’activité automobile, à savoir le service après-vente et particulièrement la pièce de rechange. Une activité qui engrangerait un chiffre d’affaires évalué à 2 milliards de dollars mais dont la qualité proposée aux clients est souvent bien en deçà de leurs attentes. A l’exception d’un quarteron de concessionnaires qui ont pris une certaine avance tant en qualité qu’en investissement, il est regrettable de noter que beaucoup d’efforts doivent être accomplis chez l’écrasante majorité pour hisser leurs prestations à des niveaux acceptables. Et comme souligné, du reste, par le président de l’association, le service après-vente constitue l’enjeu principal d’un développement durable de l’activité automobile dans notre pays. La contrefaçon et les dangers qu’elle provoque sur nos routes a été aussi abordée tant l’ampleur des implications à plusieurs niveaux suscite aujourd’hui une inquiétude légitime. Le préjudice occasionné serait de plus de 10 millions de dollars. Enfin, il a été question de l’émergence attendue d’une industrie automobile dans le pays dès lors qu’un tissu de PME-PMI existe et qu’il peut constituer une base de développement pour des unités d’assemblage. M. Bairi réaffirme également la «disponibilité des concessionnaires à amener les constructeurs automobiles, sous-traitants et équipementiers à la table des négociations et leur expliquer la spécificité de notre marché. Il est juste demandé aux pouvoirs publics de nous considérer comme partenaires et d’accepter de débattre du sujet autour d’une table ronde avec l’ensemble des intervenants». Ceci étant, la 14e édition du salon d’Alger ne manquera pas d’apporter son lot de nouveautés et des évolutions stylistiques sur certains modèles et permettra surtout aux visiteurs de découvrir pour la première fois en Algérie des véhicules roulant à l’énergie électrique. Et c’est sur le stand de Toyota que ces voitures hybrides, Prius et Auris, seront dévoilées et exposées dans le but de vulgariser ce type d’énergie et de déblayer le terrain pour une éventuelle commercialisation.

Source Le Soir d’Algérie B.Bellil

Le Pèlerin

Partager cet article

Repost0

commentaires