Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

14 juin 2010 1 14 /06 /juin /2010 23:45

Algérie - Cherchell: Beaucoup reste à faire sur les plages

cherchell-panorama rocher-blanc.jpg

cherchell-3-ilots-11_.jpgcherchell-rocher-blanc.jpg

Djamel, le directeur du camp de toile sis au sein de la plage de Oued Bellah, distante de 1500 mètres à l'est de la ville de Cherchell, est formel : en ce début de la saison estivale, la plage est très peu fréquentée. La raison est due selon lui à la proximité du Mondial qui se déroulera en ce mois de juin.

Mais, ce directeur, nous révèle que ce problème d'affluence est dû aussi à une faiblesse d'engagement des élus locaux en faveur du développement du tourisme. Pour preuve, il cite le mauvais état de la route d'accès au camp de toile. Les difficultés induites par un transformateur électrique d'éclairage défectueux ainsi que l'absence de moyens de transport vers la plage de Oued Bellah.

Mais sur les cinq plages et les deux zones touristiques (ZET de EL Hamdania et de Oued Bellah) que compte la commune de Cherchell, seule celle de Oued Bellah est réellement opérationnelle. Quant à la plage de Mer et Soleil, qui fut jadis un joyau touristique, elle se réduit en peau de chagrin, avec la limitation de ses accès à une seule entrée. Tandis que les véhicules doivent obligatoirement être stationnés plus loin à plus de 500 mètres. Cela est gênant pour les familles, obligées de traverser la RN11, avec tentes et bagages. C'est aussi, l'une des raisons qui poussent ces familles à aller se baigner ailleurs, surtout s'ils disposent de véhicules. Cette plage devient peu fréquentable.

La plage du centre-ville a été carrément rasée au profit d'un port. Celle de Sidi Brahim, qui fut jadis réservée aux femmes, n'est que l'ombre d'elle-même. D'immenses rochers empêchent les familles d'accéder à la plage.

Quant à la plage de pointe rouge, elle est réservée depuis 2003 à un immense complexe touristique qui tarde à venir.

Source L’Expression Larbi Houari

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires

G
<br /> <br /> Merci pour tous ces renseignements ; ils me seront précieux lors de mon voyage ; je me permettrai de vous demander des "astuces" à ce moment là ! GENEVIEVE -<br /> <br /> <br /> <br />
Répondre
L
<br /> <br /> A votre disposition....<br /> <br /> <br /> Cordialement,<br /> <br /> <br /> Le Pèlerin<br /> <br /> <br />  <br /> <br /> <br /> <br />