Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

14 mars 2012 3 14 /03 /mars /2012 14:05

Des concessionnaires optimistes

Salon automobile Alger 2011

 

Nombreux sont les concessionnaires qui ont dans leurs gammes des nouveautés.

Le 15e Salon international de l'automobile d'Alger (SIA) ouvrira demain ses portes au public dans un contexte de marché très favorable. En effet, et même si le contexte est plutôt morose pour les quatre roues en Europe, c'est loin d'être le cas en Algérie. Ainsi, le cumul des ventes de l'ensemble des concessionnaires installés en Algérie pour la période allant de janvier à juin 2011, aurait dépassé les 155.000 unités vendues. Cette tendance haussière aura été confirmée par le CNIS (Centre national de l'information et des statistiques des Douanes).

Selon ce dernier, en 2011, l'Algérie a vu ses importations de véhicules augmenter de 3673%, passant de 285.337 véhicules en 2010 à 390 140 véhicules l'année dernière. Selon la même source, ces chiffres se justifient par l'augmentation de 37% des importations des concessionnaires. Cette embellie s'est encore confirmée cette année, au vu de l'optimisme de la majorité des représentants de marques automobiles installés dans notre pays. Aussi, le marché automobile algérien, qui aura accusé, rappelons-le, une légère déprime en 2009, est plus que jamais vigoureuse et ses résultats semblent même défier les scores enregistrés durant la période «faste» du crédit automobile.

Plus d'une cinquantaine d'exposants représentant les différents constructeurs d'automobile dans le monde sont attendus à la 15e édition du Salon international de l'automobile d'Alger. Nombreux sont ceux qui ont dans leurs gammes des nouveautés dont ils gratifieront les Algériens, et ce d'autant que cette manifestation annuelle consacrée à la promotion du véhicule de tourisme est destinée aux férus impatients de découvrir les derniers modèles fabriqués par les constructeurs mondiaux. L'événement, qui se déroulera donc entre le 15 et le 25 de ce mois de mars, est organisé, par la Société algérienne des foires et expositions (Safex) et l'Association des concessionnaires automobiles en Algérie (AC2A). Il voit cette année la naissance du Club des journalistes automobiles algériens (Cjaa) qui vient de décerner le premier trophée à Peugeot Algérie qui a mis dans la course pour le titre sa lionne 508. Cette initiative, appelée désormais à se renouveler, compte instaurer une véritable culture automobile en inculquant aux utilisateurs algériens le souci de la qualité et de la sécurité. Le Salon de l'automobile a d'ailleurs retenu comme axe prioritaire cette année la prévention et la sécurité routières en vue de sensibiliser le citoyen en général et le conducteur en particulier contre le «fléau» que représente les accidents de la route.

Outre l'organisation d'espaces d'exposition et de commercialisation de véhicules, les organisateurs du Salon comptent donc faire du SIA un espace pédagogique et de réflexions sur la prévention routière en associant non seulement les professionnels mais également la société civile pour élaborer une feuille de route et à l'avenir une plate-forme pour lutter contre ce phénomène. Le besoin d'une mobilité autonome et digne se fait de plus en plus sentir, face à une défaillance récurrente d'un transport en commun inefficace et où règnent incivilité et insécurité.

L'Algérien qui n'hésite pas à serrer la ceinture, à optimiser ses dépenses et au besoin faire appel à la solidarité familiale pour accéder au statut tant convoité d'automobiliste libre de ses actes et de ses déplacements, attend un renvoi d'ascenseur de la part des concessionnaires. Il escompte notamment de la part de ces derniers des tarifications «raisonnables» et surtout une politique de promotion convaincante.

Source L’Expression Salim Benalia

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires