Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

16 août 2011 2 16 /08 /août /2011 07:03

Le Grand Bleu change de peau

Un lieu de villégiature très ambitieux et de grande...

Tipasa-projet-de-villegiature.jpg

Le camping le Grand Bleu de Chenoua Plage, à l’ouest de Tipasa, qui existe depuis 1996, va bientôt changer de visage. «Je suis très proche de mes clients. à travers leurs remarques, j’ai eu l’idée de proposer un projet d’investissement. Il y aura une transformation sur la même assiette foncière. Au lieu d’un camping, il y aura un village touristique», nous explique Mohamed Barki, directeur général du Grand Bleu.

Le futur village sera composé d’un hôtel de 280 lits, de 120 apparts-hôtel (entre F3 et F1), de 6 résidences touristiques, d’un théâtre de plein air, de restaurants, de cafétérias, d’une terrasse jardin pour le thé, de terrains combinés de sports, un quai sur pilotis (pour les bateaux de plaisance et les jet-skis) et 4 piscines. «Après une expérience importante sur le terrain, nous nous sommes rendus compte qu’il fallait créer une piscine spéciale pour femmes en plus des piscines mixtes et celle destinée aux enfants. Il y a des clients qui veulent l’intimité. Le tourisme, c’est quoi ? C’est mettre à l’aise les gens. Il faut diversifier le produit comme cela existe au Maroc et en Tunisie, d’où notre choix de construire plusieurs piscines par respect aux clients. C’est un projet destiné aux familles. Nous n’allons pas servir de boissons alcoolisées», explique le promoteur du projet.

Le futur hôtel devrait être classé 4 étoiles en raison de l’absence des boissons alcoolisées. «Peu importe pour nous les étoiles, l’essentiel est que le client soit satisfait. Les prix seront adaptés au produit. Cela dit, nous ne serons pas extrémistes dans nos tarifs. C’est la particularité du Grand Bleu», dit-il.Le village touristique sera également doté de plusieurs salles de conférences pour les séminaires et les programmes de formation. Des salles modulables pour une utilisation optimale. Selon Mohamed Barki, le futur village sera ouvert à longueur d’année. Pas uniquement en saison estivale.

Ambition affichée

«Nous serons ouverts pour les organisateurs de formations, pour les sportifs et pour la remise en forme. Nous aurons un centre de remise en forme par l’eau de mer. Ce n’est pas de la thalassothérapie, car cela nécessite beaucoup de moyens. Créer un centre de thalasso sera compliqué et, en plus, ne sera pas compétitif par rapport à celui de Sidi Fredj. Ce centre appartient à l’Etat et les prix sont fixes», souligne-t-il précisant que les clients peuvent se déplacer pour y passer un week-end. Le projet Grand Bleu est étudié, selon lui, par rapport à la demande locale. «Les clients étrangers sont bien entendu les bienvenus. Mais, pour être raisonnable, c’est d’abord destiné aux touristes nationaux. Il y a deux millions d’Algériens qui partent passer des vacances à l’étranger chaque année. Pourquoi ne pas convaincre une partie d’entre eux de venir ici en lui proposant un bon produit ?» estime-t-il.

Cette stratégie peut, d’après lui, persuader des étrangers à venir passer des vacances en Algérie. «L’étranger viendra lorsqu’il verra que l’Algérien est satisfait par les services proposés localement. Il ne viendra pas tant qu’il verra que l’Algérien passe hors frontières pour les vacances. C’est une question de logique (…) Actuellement, les Turcs étudient la demande du client algérien pour mieux l’attirer chez eux alors que la Turquie ne manque pas de touristes», insiste-t-il. A ses yeux, la promotion dans les salons internationaux de tourisme ne suffit pas. La priorité doit d’abord être donnée aux produits proposés.

«L’Etat a donné tous les encouragements mais il est important de trouver une solution au problème lié au coût élevé de la valeur vénale par mètre carré. Cela paraît comme un blocage à l’encouragement du tourisme en Algérie et à ceux qui veulent lancer des investissements. Il y a des abattements qui ont été introduits dans la loi de finances complémentaire 2011», relève-t-il. Ces abattements sont fixés à trois ans pour la phase réalisation et trois pour la phase exploitation.«C’est insuffisant. L’assiette qui a été attribuée au Grand Bleu est d’une valeur de 100 milliards de centimes. Je dois payer chaque année 4,1 milliards de centimes. Je paye toute la somme en 25 ans. En tant que locataire, cela me coûte plus qu’en tant que propriétaire. La concession est de 99 ans. En plus, chaque onze ans, les prix sont révisés. Normalement, cette révision doit être soit à la baisse, soit à la hausse. En Algérie, la révision des prix est toujours à la hausse», analyse Mohamed Barki.

Surmonter les blocages

Selon lui, l’investissement touristique ne peut pas être assimilé à la promotion immobilière. La valeur vénale est estimée à 30 000 DA pour le mètre carré. «La somme locative du terrain est un véritable fardeau surtout que pour rentabiliser un projet touristique, il faut au minimum quinze à vingt ans. A mon avis, cette valeur ne doit pas dépasser les 10 000 DA pour être supportable», relève-t-il. Mohamed Barki confie qu’il se lance dans l’aventure malgré les difficultés. «Il faut aussi être professionnel et ne pas penser uniquement qu’à l’argent», note-t-il. Le projet sera financé par un crédit bancaire. Il faut donc rentabiliser le projet pour pouvoir rembourser le crédit. «Je veux prouver à travers ce projet que les Algériens professionnels peuvent faire beaucoup de choses puis que le financement, le bureau d’études et l’investisseur sont des Algériens», lance le promoteur.

Mohamed Barki a déjà reçu l’acte de concession et le permis de construire. «Le  wali de Tipasa est convaincu par ce projet, l’administration a suivi. Nous sommes en contact avec la banque. Reste le choix de l’entreprise. Si tout va bien, le chantier sera lancé dès le début 2012. Le délai d’exécution va de  trois à quatre ans. Cette durée est expliquée par le fait de l’existence d’un camping. Nous ne voulons pas perturber le fonctionnement de ce camping. La réalisation du projet sera graduelle, une opération tiroir. L’activité du village va de 0 et tend vers 100 alors que celle du camping va passer doucement de 100 à 0», précise-t-il. Les clients habituels du camping Grand Bleu ont émis des craintes mais ont été assurés par Mohamed Barki de la poursuite des activités même la saison prochaine qui sera également courte en raison du mois du Ramadhan. «Libre à ceux qui veulent passer le Ramadhan de la faire ici», a-t-il dit lors d’une rencontre avec les estivants fin juillet 2011.

Source el Watan Fayçal Métaoui

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires