Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

18 août 2010 3 18 /08 /août /2010 09:45

Algérie - Tipasa: Les locaux pour jeunes font jaser

ruines romaines tipasa

 

Z. Ahmed, L.Mohammed, S.Hamid et T. Saïd sont quelques jeunes voulant s'enquérir à propos de leurs candidatures pour les 54 locaux professionnels sis à la cité Kaid Youcef de la ville de Cherchell. Ces jeunes âgés entre 22 et 32 ans étaient déçus de manière poignante de ne pas voir leurs noms figurer sur la liste des bénéficiaires de ces locaux.

M. Z.Ahmed est éloquent à ce sujet: «Les responsables au niveau de l'APC et de la daïra de Cherchell ont élaboré des listes de bénéficiaires où nos noms ne figurent pas. La plupart des bénéficiaires ont des profils très discutables, parfois non conformes». T.Saïd va plus loin dans ses arguments: «On a l'impression que ces responsables ne tiennent pas compte de notre savoir-faire et de nos situations familiales. La preuve, on se retrouve systématiquement écartés de toutes les listes».

A Cherchell, le mouvement de réprobation de ces jeunes pour l'attribution de ces locaux est d'une violence intrigante. Ces jeunes gens menacent de devenir de futur harraga. «On est rejetés par notre pays, on ira ailleurs même à la force des rames», clame violement S.Hamid.

Rappelons que le wali de Tipasa lors de sa visite sur le site de Kaid Youcef, avait été interpellé par un groupe de mécontents de cette situation. En ce qui concerne la liste présentée par l'APC, le wali avait donné instruction d'élaborer «une liste régulière et conforme à la loi et aux préoccupations des jeunes, avec toute la transparence voulue».

Lors de ces manifestations de mécontentement, les jeunes avaient contenu difficilement leur colère devant ce qu'ils estiment être des «injustices criardes». Rappelons qu'à ce titre, plusieurs jeunes ont sollicité par requête verbale les responsables locaux notamment le président de l'APC de Cherchell, à qui ils demandèrent «une enquête sur le respect de la loi en matière d'attribution de locaux professionnels».

Les responsables concernés, interrogés sur ces plaintes, estiment que «ces accusations sont gratuites et sans fondement et que l'ensemble des dossiers sont légaux et conformes à la loi». Cependant, il est inquiétant de savoir que la distribution des 100 locaux par commune connaît quand même des aléas, sachant que sur les 2.800 locaux construits au niveau des 28 communes de la wilaya de Tipasa, la majorité d'entre eux a été réceptionnée par les responsables locaux, mais certains de ces locaux ne sont pas opérationnels. A Sidi Moussa, Nadhor, Cherchell, on retrouve des locaux d'une beauté très convoitée, fermés et toujours attendus notamment par ces jeunes de Cherchell, à l'instar de Z. Ahmed, L.Mohammed, S.Hamid et T.Saïd. Faut-il encore rappeler que lors de ses tournées d'inspection dans le territoire de la wilaya, le wali de Tipasa n'a cessé de haranguer les entreprises chargées de finaliser ces locaux et avait instruit les élus locaux pour procéder à l'affectation de ces derniers dans la plus grande transparence.

Source L’Expression Larbi Houari

Le Pèlerin

Partager cet article

Repost0

commentaires