Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

21 juin 2010 1 21 /06 /juin /2010 11:42

Tipasa : La norme mondiale de deux lits d’hôpital pour mille citoyens sera dépassée en 2014

grippe-porcine.jpg

Normalement, en 2014, le ratio référentiel mondial de deux lits d’hôpital pour une population de 1000 habitants sera largement dépassé dans la wilaya de Tipasa. Mieux encore, il atteindra les 3 lits pour 1000 habitants.

Pour les autorités locales, à leur tête le chef de l’exécutif de la wilaya, ces projections sont largement réalisables, compte tenu de la manne financière dont a bénéficié le secteur de la santé et de la population à Tipasa au titre du programme 2010-2014, initié par le président de la République. A ce propos, les investissements publics totalisent un volume de 4,83 milliards de dinars, cette autorisation de programme global finançant 22 opérations réparties entre le programme neuf et le programme en cours (PEC). En détail, pour le parachèvement du PEC, les pouvoirs publics ont alloué des fonds dépassant 2,42 milliards de dinars.

Sur ce registre, il sera question notamment de la réalisation d’un hôpital de 120 lits au chef-lieu de wilaya, d’un hôpital psychiatrique de 120 lits à Nador, de deux polycliniques, l’une à Hadjout et l’autre à Fouka, d’un service de gynéco-obstétrique de 67 lits à Gouraya, de trois unités médico-chirurgicales à Cherchell, Tipasa et Koléa et un centre d’hémodialyse à Sidi Ghilès. Pour ce qui est du programme neuf, doté d’une enveloppe de 2,401 milliards de dinars, il portera entre autres sur le lancement, dès l’année en cours, de cinq projets. Autrement dit, l’étude et la réalisation d’un hôpital de 60 lits à Bou-Ismaïl, d’une polyclinique à Attatba, d’une maternité, d’une unité médico-chirurgicale à Damous, l’acquisition et l’aménagement d’une vingtaine de salles de soins dans les zones urbaines et d’une école de formation paramédicale à Tipasa.

Pour autant, si on ajoute ces projets et ceux déjà réalisés jusqu’à maintenant, notamment grâce aux précédents programmes quinquennaux lancés depuis 1999, la carte de santé de la wilaya de Tipasa englobera, à l’horizon 2014, sept grands hôpitaux au lieu de quatre présentement, 122 salles de soins, soit 49 nouvelles structures qu’en 1998, cinq unités médico-chirurgicales (UMC), alors que 12 ans en arrière, on en recensait aucune UMC sur tout le territoire de la wilaya et enfin 14 polycliniques dispensant au minimum les quatre spécialités basiques en médecine. Outre ces acquis pour le secteur de la santé, les pouvoirs publics ont procédé depuis 1999 à la réhabilitation des structures tous types confondus de santé de la wilaya, tout en renforçant leurs moyens matériels par de nouvelles acquisitions. Cet effort, sous-tendant une meilleure qualité en matière de prise en charge du malade, sera poursuivi, promettent les autorités locales dans le futur. L’autre incidence escomptée du programme quinquennal consacré au secteur local de la santé, est le nombre de praticiens exerçant dans la wilaya. Ainsi, le taux de couverture qui était en 1998 de 3 médecins généralistes et 1,40 medeçin spécialiste pour 1000 habitants à Tipasa sera revu à la hausse en 2014 pour atteindre respectivement 5 et 2,5 pour mille habitants.
En somme, force est de reconnaître que l’accès aux soins et la prise en charge du
citoyen sur le plan de santé, droit consacré par la Constitution, prendront toutes leurs dimensions dans la réalité dans la wilaya de Tipasa d‘ici quatre ans. 

Source Horizons Amirouche Lebbal.

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires