Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

21 janvier 2011 5 21 /01 /janvier /2011 05:35

Algérie - Tipasa / Rentrée professionnelle

5 nouvelles spécialités

formation tipasa

 

2010 postes pédagogiques sont offerts aux jeunes pour une formation diplomante, répartis sur 2 branches professionnelles, 38 spécialités et 68 sections.

C’est ce qui a été annoncé avant-hier par le Directeur de la formation professionnelle (DEF) de la wilaya de Tipasa, Mokrane Arezki, lors d’une conférence de presse sur la prochaine rentrée de février. La prochaine rentrée, prévue le 27 février prochain, offre donc 2010 postes pédagogiques qui couvrent 12 branches professionnelles, 68 sections et 38 spécialités, dont 5 nouvelles spécialités pour cette même rentrée.

A savoir des formations d’apiculteurs (Cfpa Attatba), de pépiniéristes (Cfpa Merad), de sculpteurs sur bois, de décorateurs sur verre (Cfpa Douaouda) et, enfin, de mécaniciens et réparateurs des machines agricoles au niveau du Cfpa de Merad (Hadjout). Parmi ces sections, et à chaque niveau, 47 sont destinées à l’obtention du Certificat d’aptitude professionnelle (CAP), 13 sections dont une passerelle (les diplômés qui veulent obtenir d’autres diplômes) pour avoir le Certificat de maîtrise professionnelle (CMP), 4 autres dont une passerelle pour le Brevet de technicien (BT) et 4 sections dont 2 passerelles pour avoir un Brevet de technicien supérieur (BTS). En termes de niveau de qualification, les centres de formation de Tipasa offrent 1 380 postes pédagogiques pour les stagiaires ayant le niveau 2, 390 pour les niveaux 3 et 240 pour les niveaux 4 et 5, soit 120 pour chacun des niveaux. Ces stagiaires bénéficieront d’une formation résidentielle initiale, où quelque 1 085 places de formation sont offertes pour les niveaux «Savoir lire et écrire» (SLE) dans 37 sections, 655 autres pour les 4es années moyennes (22 sections), 90 pour les 2es années secondaires (3 sections), 60 pour les terminales (2 sections). La formation par apprentissage prévoit l’accueil de 1 400 nouveaux apprentis qui s’ajoutent à 2 425 reconduits, dont 877 places pour les niveaux «Savoir lire et écrire» (SLE), 440 pour les 4es années moyennes, 58 places pour les 2es AS et 25 places pour les élèves de terminale. Les cours du soir toucheront 610 stagiaires, 1 005 pour la femme au foyer, 565 pour les écoles privées de formation professionnelle, 60 autres pour la formation alphabétisation et qualification professionnelle et 100 places pour le milieu carcéral. En tout, il est attendu, selon la fiche de presse, un effectif prévisionnel de 10 663 apprenants, à savoir 5 750 nouveaux apprenants et 4 913 reconduits (tous modes et types de formation confondus). Les stagiaires diplômés ont, par ailleurs, une seconde chance pour améliorer leur niveau ou changer de spécialités, mais seulement après 3 ans d’obtention de leurs diplômes ou une faveur pour les majors de promotion. Cette action est connue par la notion de formation «passerelle». Pour cette rentrée, 30 places de formation leur sont offertes dans 3 sections pour l’obtention du Certificat de maîtrise professionnelle (CMP), 30 autres places pour ceux qui veulent obtenir leur Brevet de technicien (BT) et 60 places de formation pour les jeunes voulant obtenir un Brevet de technicien supérieur (BTS).

Source Infosoir Souad Labri

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires