Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

21 juin 2011 2 21 /06 /juin /2011 06:41

Algérie - Tipasa : Une colonne mobile de lutte contre les incendies

Tipasa-lutte-contre-les-incendies.jpg 

 

Pour la première fois, l’installation d’une colonne mobile spécialisée dans la lutte contre les feux de forêts prend ses quartiers dans la wilaya de Tipasa, plus précisément à l’unité principale de la Protection civile à Chenoua.
«Dans le cadre du programme opérationnel de lutte contre les incendies tracé par la direction générale de la Protection civile pour l’année 2011, l’unité principale de Chenoua, à Tipasa, a été choisie pour abriter le centre de commandement de la colonne mobile de lutte contre les
incendies», a indiqué le lieutenant Michalikh, le chargé de communication au niveau de la direction de la Protection civile à Tipasa. La colonne en question est constituée d’un effectif de 60 éléments et dotée d’importants moyens matériels.
«En plus d’un encadrement de 4 officiers, à savoir le commandant de la colonne, son adjoint, un médecin, un officier, elle est composée de 6 sous-officiers et 50 agents» a-t-il précisé. Et d’ajouter : «D’importants moyens ont été mobilisés, en l’occurrence un camion-citerne contre les feux (CCI) d’une capacité de 9.000 litres, un autre (CCFM) de 4.000 litres ainsi que sept camions légers de 600 litres d’intervention en cas de sinistre. Outre ceux-ci, on compte une ambulance médicalisée, ainsi qu’un bus et un véhicule de liaison.»
Pour sa part, le capitaine Chaâb El Ain, le responsable de l’unité principale de Chenoua, a tenu à souligner que la colonne mobile intervient en renfort en cas de feux de forêts, notamment à travers le territoire de la wilaya de Tipasa ainsi qu’une partie de Blida.
«À titre illustratif, lorsqu’un feu de forêt se déclare, les éléments des postes de vigile qui sont sur place sont les premiers à intervenir. Si l’incendie n’est pas circonscrit, les forestiers se dépêcheront automatiquement sur les lieux du sinistre. Si ces derniers n’en viennent pas à bout, nos équipes dépendant de l’une des 14 unités opérationnelles implantées sur le territoire de la wilaya, notamment la plus proche, prendront le relais.
C’est donc en ultime étape qu’on fait appel à la colonne mobile pour prêter main- forte aux équipes mobilisées sur les lieux de l’incendie», explique le capitaine Chaâb El Ain. En 2008, rappelle notre interlocuteur, la direction de la Protection civile de Tipasa a fait appel à la colonne mobile implantée alors à Médéa pour circonscrire un grand incendie.
«On compte à l’échelle nationale 22 colonnes mobiles contre les feux de forêts. Chaque année, leur répartition obéit à des critères bien précis fixés par la direction générale, notamment selon les zones à risque», explique un autre officier de la Protection civile. A titre indicatif, l’année dernière, 8 feux de forêts s’étaient déclarés à travers la wilaya de Tipasa ayant ravagé 2,88 hectares de pins d’Alep.

Source Horizons Amirouche Lebbal

Le Pèlerin

Partager cet article

Repost0

commentaires