Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

21 juillet 2011 4 21 /07 /juillet /2011 09:38

Tipasa - Un laboratoire d’analyses pour toutes les thérapies à Gouraya

gouraya sidi braham

Taille du texte normaleGouraya est une localité côtière située à l’ouest de Tipasa. Depuis  2005, son secteur de la santé s’est attelé à se développer, au point où son EPH (Etablissement public hospitalier) est sollicité par de nombreux hôpitaux des wilayas du centre du pays, Chlef, Aïn Defla, Blida, Alger et ceux de la wilaya de Tipasa.

Les équipements et matériels médicaux, acquis par cet hôpital sont pourvus d’une technologie de pointe, obligeant les médecins et les techniciens à se mettre à niveau continuellement, afin de pouvoir interpréter les informations fournies par ces équipements de médecine. Le plus important, c’est incontestablement le laboratoire d’analyses.
Loin des perturbations urbaines, le laboratoire d’analyses de l’hôpital de Gouraya, encore méconnu, accueille les patients des autres wilayas, qui sont orientés par leur médecin traitant du secteur public et du secteur privé. En effet, ce «joyau du secteur de la santé» créé à l’ouest de la wilaya de Tipasa, une zone sous-développée, soulage les malades au coût moindre et surprend les visiteurs curieux. Un exemple. «La thrombolyse s’effectue d’une manière normale au niveau de notre hôpital, nous dira fièrement Benbraham M’hamed, le directeur de l’EPH, à ma connaissance d’Oran à Blida on ne fait pas de thrombolyse».

Le laboratoire d’analyses de l’hôpital de Gouraya est doté d’équipements d’analyses automatiques en hématologie et en biochimie, des électrophores de l’hémoglobine et des protéines, un appareil d’immunologie E.C.L (électro-chimie luminescence), pour faire des analyses par photothérapie. Tous les bilans médicaux, demandés par les médecins, sont obtenus par les malades qui se rendent au laboratoire d’analyses de Gouraya. Les réactifs sont disponibles. Le personnel est dynamique, attentif, de surcroît constamment à l’écoute des dernières technologies.  Le directeur de l’ EPH ne veut pas divulguer son secret en matière d’acquisition de ces équipements à des prix bas, pour doter les services de son hôpital. La disponibilité de ces équipements médicaux pour les analyses fait le bonheur des malades. L’EPH baigne dans une sérénité et une ambiance conviviales surprenantes.
 Source El Watan M'hamed Houaoura

Le Pèlerin
Partager cet article
Repost0

commentaires