Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

22 mars 2010 1 22 /03 /mars /2010 05:13

Algérie – Tipasa - Journée mondiale de l’eau: Traiter les eaux usées pour préserver le Chenoua
staton epuration tipasa

Le défi du XXIe siècle ne consiste pas uniquement à trouver de l’eau pour échapper à la sécheresse, mais consiste en la conservation d’une eau propre et saine. Après avoir opté pour différentes techniques afin de s’approvisionner, l’urgence est dans l’assainissement. L’exemple nous est donné dans l’une des stations de traitement et d’épuration des eaux usées (STEP) les plus performantes du pays : Tipasa.
Parcours d’une eau polluée
La Step de Tipasa est un important ouvrage qui se fond dans la nature, entre le gigantesque mont Chenoua et l’immense étendue bleue de la Méditerranée. Les eaux usées sont recueillies dans un puisard construit à l’entrée de la station de traitement et d’épuration des eaux usées. Chaque jour en saison hivernale, un volume variant entre 4000 et 5000 m3 se jette dans ce puisard. Ces eaux polluées, débitées par les réseaux d’assainissement des communes de Tipasa et de Nador, sont noirâtres et dégagent des odeurs nauséabondes. Elles transitent par le puisard et passent par le grillage grossier et le grillage fin, avant d’escalader quelques dizaines de centimètres à l’aide de pompes d’aspiration et de relevage pour plonger dans un réservoir.
Les opérations de dessablage et de déshuilage de cette eau polluée sont aussitôt entamées au niveau de ce 1er ouvrage d’une capacité de 5000 m3. Le bassin est de forme circulaire. Le nettoyage de cette eau s’effectue par l’envoi de l’air lift qui remue le sable se trouvant au fond de ce réservoir. Le sable fin pollué est récupéré par un racleur. L’huile flotte par ailleurs puis elle est déversée dans un regard d’une capacité de 3 m3. C’est la première étape du processus. A proximité de ce réservoir, est installée une benne dans laquelle est stocké le sable aux différentes couleurs qui sera expédié au CET (centre d’enfouissement technique) de Tipasa, tandis que les huiles et les graisses usagées sont enlevées une fois par mois par les citernes de Naftal.
Un autre fût est rempli de déchets, notamment des bouchons et des sachets d’emballage en plastique, divers gobelets, des petits emballages de boissons alcoolisées, des feuillages d’arbres, du papier et du carton. Ces ouvrages de la STEP ont été construits au milieu des espaces verts dépolluants qui absorbent toutes les mauvaises odeurs. Au bout d’un quart d’heure, l’eau usée est débarrassée de tout objet et liquide polluant, mais garde toujours cette couleur noirâtre et chocolat foncé. Néanmoins, le by-pass est opérationnel quand l’oued est en crue. Dans cette situation exceptionnelle, le processus d’épuration des eaux usées risque d’être perturbé par la présence de gros déchets charriés par les eaux pluviales. Après avoir subi les examens de prétraitement, l’eau usée aux couleurs rougeâtre et noirâtre demeure chargée de matières en suspension et de matières organiques. Elle est dirigée vers le bassin d’aération d’une capacité de 10 500 m3. Ce second ouvrage, appelé bassin biologique ou bassin d’aération, dispose de suppresseurs de dessablage et de déshuilage et d’un groupe électropompe tournant. Ce grand bassin contient des bactéries (boue active, ndlr) appelées escherichia coli.
Les bactéries aiment la lumière
Ces bactéries, estimées à plusieurs centaines de millions, vivent dans ce bassin grâce à la présence de lumière et d’oxygène, elles provoquent l’oxydation de la matière organique pour dégrader la pollution de l’eau. Le séjour de l’eau dans ce bassin d’aération est de 48 heures, séjour qui leur permet de se revigorer en liquide précieux. Les 6 aérateurs de surface fonctionnent à tour de rôle, pour garantir une aération continue dans ce bassin rectangulaire, considéré comme le poumon de la STEP. De petites mousses rougeâtres surfent sur la surface du bassin d’aération. C’est ainsi que s’achève la seconde étape du traitement des eaux usées avant la 3e. Après son séjour dans le bassin d’aération, l’eau de couleur rougeâtre et chocolat se dirige vers le répartiteur qui l’oriente vers l’un des deux bassins de décantation. Au milieu de ce 3e ouvrage de la STEP, se trouve une « jupe », un casier conique, en forme inclinée des deux côtés.
La boue se sépare de l’eau pour aller se reposer au fond de la jupe. Le racleur continue à tourner lentement. L’eau épurée, incolore de surcroît, s’achemine par quantités microscopiques dans un rythme lent vers les chicanes pour quitter la STEP et reprendre son chemin initial dans le lit de l’oued avant de se jeter dans la mer. Le racleur récupère par la suite la boue qui se trouve au fond du bassin de décantation. A l’aide d’une vanne télescopique, les kilogrammes de boue sont à nouveau dirigés vers le bassin d’aération pour être recyclés. Les quantités de boue récupérées à partir des eaux polluées sont alors ramenées vers l’épaississeur.
Ce 4e ouvrage de la STEP est l’ultime étape du processus qui consiste à traiter cette boue, d’abord par sa déshydratation (naturelle et mécanique) et ensuite, son mélange avec le polymère. Le laboratoire d’analyses effectue les prélèvements de cette eau depuis son introduction dans la STEP jusqu’à sa sortie. Il surveille le taux de pollution de cette eau tout au long du processus. En cas de problème, la direction de l’environnement est immédiatement alertée sur les anomalies. La STEP de Tipasa a été certifiée ISO 14001. Cet équipement vient d’être classé en tête des STEP de tout le pays. Son activité aujourd’hui permet de préserver les plages du Chenoua de toutes les pollutions produites par les déversements des eaux usées. La STEP du Chenoua s’est illustrée par une meilleure organisation dans sa gestion interne en matière de protection de l’environnement.
Source El Watan Par M’hamed H.
Le Pèlerin

Partager cet article

Repost0

commentaires