Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

22 novembre 2010 1 22 /11 /novembre /2010 08:06

Algérie - Tipasa - Diabète : Plus d’un cinquième de la population touché

diabete.jpg

 

Bien que la prévalence de la maladie du diabète dans la wilaya de Tipasa soit inférieure par rapport au taux national, il n’en demeure pas moine que cette pathologie touche plus dune personne sur cinq.

Autrement dit, 23% des habitants de Tipasa, dont 6% appartenant à la frange infantile, en sont atteints. Pour mieux lutter contre cette pathologie que les spécialistes qualifient de «pandémie», puisqu’elle touche quasiment tous les pays du monde, particulièrement la région Mena (moyen orient et l’Afrique du nord), dont l’Algérie en fait partie, la direction de la santé et de la population en collaboration avec un laboratoire pharmaceutique, a organisé hier une opération de sensibilisation au profit des habitants de Tipasa contre le diabète. A cette occasion deux chapiteaux ont été dressés au niveau de l’esplanade jouxtant le port de la ville du chef-lieu de wilaya afin d’y effectuer le dépistage. «L’activité organisée aujourd’hui entre dans le cadre de la célébration de la journée mondiale du diabète qui coïncide avec le 14 du mois de novembre.

La nouveauté pour cette année, et pour la première fois, est que nous ambitionnons de cibler le maximum de citoyens puisque, au contraire des années précédentes et grâce au sponsor, en l’occurrence un laboratoire pharmaceutique, nous avons pris l’initiative de procéder aux opérations de dépistage du diabète en dehors de nos structures sanitaires, c'est-à-dire ici à l’esplanade du port», confie le Dr Amokrane, le directeur de la santé à Tipasa. Selon lui, une opération similaire se tiendra à Cherchell le 25 novembre prochain. L’opération de dépistage englobe, en effet, deux étapes. La première consiste le calcul de mesures anthropométriques (indice de la masse corporelle, soit le rapport poids/taille) et la seconde a trait au dosage capillaire de la glycémie (test de glycémie). «Toutes les personnes dépistées positives seront immédiatement prises en charge par nos praticiens sur place et bénéficieront ensuite d’un suivi dans nos structures. Les autres, autrement dit, les sujets non atteints de diabète recevront des dépliants où ils trouveront toutes les réponses relatives au régime alimentaire et l’hygiène de vie adéquats pour prévenir le diabète», ajoute le même responsable. Hier, à 10H40,  les citoyens n’étaient pas nombreux à s’aligner devant les portes des deux chapiteaux, dont l’un est réservé exclusivement pour les femmes. Pour autant, le diabétologue affecté dans l’une des deux tentes a déjà dépisté un cas, dont le taux de glycémie est élevé.

«C’est un sujet âgé de plus de 60 ans qui ne savait pas qu’il est atteint de diabète. Le test a révélé en effet qu’il a un taux de glycémie au-dessus de la normale. Sans attendre donc, nous l’avons pris en charge en attendant qu’il soit suivi et traité au niveau de l’hôpital», dira à ce propos l’un des médecins assurant l’opération. Pour le Dr Gari Mohand Said, directeur des relations publiques du laboratoire pharmaceutique Novo Nordisk, coorganisateur de l’événement, la prévention demeure l’une des armes efficaces qui peut lutter contre la survenue du diabète. Aussi, poursuit-il : «nous mettons l’accent sur l’éducation sanitaire et thérapeutique. Cette dernière cible les personnes déjà atteintes du diabète pour prévenir d’éventuelles complications».

Source Horizons Amirouche Lebbal

Le Pèlerin

Partager cet article

Repost0

commentaires