Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

28 décembre 2010 2 28 /12 /décembre /2010 08:13

Algérie - Douaouda (Tipaza) - «Nous avons le droit au logement nous aussi»

logements-promotionnels.jpg

Les représentants de la commune de Douaouda revendiquent le logement social et veulent se rappeler au bon souvenir des autorités locales pour ce qui est de certains projets de développement dans leur importante ville touristique et agricole.

Qualifiée de miroir de la wilaya de Tipaza et dite Porte Est de la wilaya, la commune de Douaouda compte d’importants atouts touristiques et agricoles soit 3 km de côte et 1 131 ha de terres agricoles dont 134 de forêts. Les représentants de certains quartiers ont saisi l’occasion de la séance de travail, tenue samedi, avec le wali à la fin de sa tournée de travail et d’inspection au niveau de toute la daïra de Fouka avec les citoyens des communes de Fouka et Douaouda.

Unanimes dans leurs plaidoyers, exprimant leurs revendications de bénéficier de projets, dont des logements sociaux, les citoyens de ces localités déplorent le ralentissement de certains projets ou encore l’absence d’autres programmes qui tardent à venir.

Les représentants de la commune de Douaouda ville et Douaouda marine estiment que beaucoup sont oubliés dans l’octroi du logement social, notamment les citoyens aux ressources limitées. «Nous sommes de la localité mais nous sommes écartés du logement.

La plupart des citoyens ne peuvent remplir les critères requis par le dispositif du logement participatif. Ce sont des bénéficiaires ‘’étrangers’’ à la localité ou à la région qui en bénéficient. Les projets de logements sont en majorité entre le promotionnel et le participatif. On voudrait un peu d’équilibre», a souligné le représentant de l’association Hai Essaâda de la ville de Douaouda. «Nous n’avons pas de problèmes avec nos responsables locaux. C’est juste un problème d’organisation entre nous, citoyens, suite au manque de motivations et de décisions car nous savons bien que la commune de Douaouda est un pôle touristique et agricole, mais cela ne se voit pas. Pourtant cette ville existe depuis 1948», a-t-il ajouté. Un autre jeune de la même association, nous a fait part, en fin de cette séance, de la mauvaise répartition des logements entrant dans le cadre du dispositif de Résorption de l’habitat précaire (RHP).

«Les constructions illicites et précaires sont toujours occupées, du fait que chaque fois qu’une famille bénéficie d’un logement, elle laisse sa ‘’maison’’ à un autre qui bénéficie à son tour d’un logement social.»

Outre l’implication de la société civile dans les projets, les jeunes revendiquent un centre culturel, une maison de jeunes et des espaces de rencontres. Un autre citoyen demande que tout programme réalisé au niveau de sa commune soit suivi d’un bilan «auquel assisteront les sages de la ville pour arrêter des programmes réalisables financièrement avec la création d’un canal de communication entre citoyens et autorités en amont et en aval».

Ce citoyen a également dénoncé l’accès difficile et impraticable de son quartier du 20-Août, où les enfants doivent se «chausser» de sachets en plastique pour traverser la piste. En réponse, le premier responsable de la wilaya a tenu à rappeler que tous les 15 jours, des réunions se feront avec les P/ APC et chefs de daïra pour exposer tous les problèmes rencontrés. «Désormais tous les projets seront suivis par le Conseil communal et de daïra ainsi que les bureaux d’études. Il appartient au président de la commune d’afficher à chaque fois les réalisations», a-t-il affirmé.

- Les jeunes habitants de Douaouda marine revendiquent des postes d’emploi et l’aménagement de la placette ainsi que la plage Colonel Abbes qui attire des milliers d’estivants chaque année. Cette plage commence à être «nettoyée» des voyous et des agressions, selon le wali qui insiste sur une meilleure exploitation rationnelle de cette plage par de vrais investissements. Les citoyens de toute la commune revendiquent également une maternité pour éviter à leurs femmes les contraintes de déplacements vers Koléa ou Zéralda. Cette situation, selon le président de l’association dans son rapport au wali, a fait que seulement 5 naissances par an sont enregistrées au niveau de l’état civil. Selon le wali, cette maternité n’est pas au programme pour le moyen terme car «construire c’est très facile. Mais le problème réside au niveau du déficit en personnel spécialisé, dont des sages-femmes et des spécialistes. Ce phénomène n’est pas spécifique à la wilaya, mais à tout le pays».

Source Infosoir Souad Labri

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires