Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

23 mars 2010 2 23 /03 /mars /2010 05:43

Algérie - Tipasa : Plus de 163 milliards de dinars pour le développement
aquoa tipasaAquaculture sur la wilaya de Tipasa

Les investissements publics ont favorisé l’émergence de nouvelles infrastructures indispensables pour redynamiser l’agriculture et la pêche.
La wilaya de Tipasa a bénéficié, dans le cadre du plan quinquennal d’aide à la relance économique (2009-2014), d’une enveloppe financière de l’ordre de 163,9 milliards de dinars.
Un budget exceptionnel et record, si on le compare avec les dotations incluses dans les précédents plans. A titre indicatif, le programme quinquennal de Tipasa 2004-2009 était de 78,7 millions de dinars.
Autrement calculée, l’enveloppe engagée pour les investissements publics dans la wilaya, prévue dans l’actuel programme, dépasse de 85,2 millions de dinars celle du plan 2004-2009. Soit un taux dépassant largement les 100%.
D’aucuns diront ici qu’avec les 163,9 milliards de dinars, ce sont de nouveaux horizons qui s’ouvrent désormais pour le développement de la wilaya, d’autant plus, comme l’atteste un responsable de la wilaya, que les précédents plans ont eu comme impact premier d’assainir les disparités en matière de développement et tout ce que cela suppose comme amélioration des conditions de vie des populations à travers toutes les régions qui constituent le territoire de la wilaya.
En effet, les différents projets lancés et concrétisés, dans tous les secteurs social et économique, à la faveur notamment du programme quinquennal 2004-2009 ont permis, entre autres, de désenclaver plusieurs localités de la partie ouest de la wilaya et surtout de créer les conditions favorables pour le retour des familles dans leurs douars d’origine après les avoir fui durant la tragédie nationale.
Les investissements publics consentis ont favorisé également l’émergence de nouvelles infrastructures indispensables pour redynamiser les vocations premières de la wilaya, notamment l’agriculture et la pêche.
Pour rester toujours dans le volet financier dans la wilaya, il y a lieu de noter que le volume d’investissement de l’exercice 2009 a atteint les 18,946 milliards de dinars.
De cette autorisation de programme, 94,2%, soit 17,836 milliards ont été affectés pour le programme sectoriel (PSD), dont 11,654 milliards ont servi à la réévaluation des programmes durant l’exercice. Le plan communal de développement (PCD) par contre a été doté de 1,11 milliard de dinars, soit 5,8% de la masse globale des investissements de l’an dernier. Pour ce qui est des crédits de payement ouverts pour couvrir les différentes activités du programme local durant le même exercice, ceux-ci ont atteint, selon un document émanant des services de la wilaya, les 13,11 milliards de dinars dont 12 milliards consacrés pour le programme sectoriel, contre 8,47% des crédits alloués au programme communal. Ceci étant, le montant des crédits de payement globaux a atteint en 2009, si l’on compte ceux qui ont été reconduits, les 23,67 milliards de dinars dont 22,50 milliards ont été consacrés au programme sectoriel.
Avant le début de l’exercice en cours, 52% des crédits alloués à celui-ci ont été consommés, soit 11,60 milliards des 22,5 initiaux. L’excédent enregistré sur ce chapitre est dû, selon la même source, au fait que les crédits disponibles couvrent plus que les besoins exprimés par les différents secteurs. Par conséquent, tout déficit éventuel au cours de l’année budgétaire 2009 aura été écarté, ce qui a particulièrement maintenu la cadence normale de réalisation des projets lancés à travers la wilaya sans connaître de retards.
Source Horizons Amirouche Lebbal.
Le Pèlerin

Partager cet article

Repost0

commentaires