Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

23 mars 2011 3 23 /03 /mars /2011 09:03

Algérie - Tipasa - Les cadres de la direction de l’hydraulique en colère

le-barrage-de-boukourdane-commune-de-sidi-amar-tipaza.jpg

 

 

Un regroupement inhabituel des cadres et fonctionnaires de la direction de l'hydraulique a eu lieu lundi à proximité de la direction. Une feuille signée circulait au sein du groupe ayant pour objet : «la revendication d'un statut particulier des corps techniques du ministère des Ressources en eau».
Parmi le groupe contestataire, des cadres supérieurs de cette direction de wilaya, des ingénieurs d'Etat, des ingénieurs principaux des subdivisionnaires, ainsi que de hauts responsables. Plus de 50 fonctionnaires étaient là pour observer «une journée de protestation », comme nous l'a affirmé un cadre de cette direction. «Cette forme de revendication consiste en un arrêt de travail, jusqu'à ce que des suites soient données à un plus haut niveau», ajoute ce cadre. Selon ces contestataires, «ces revendications et manifestations consistent à attirer l'attention du ministre des Ressources en eau sur la précarité de notre statut toujours régi par les dispositions du décret exécutif n°91/225 du 14 juillet 1991, portant statut particulier des travailleurs appartenant aux corps techniques du ministère de l'Equipement et du Logement». Ils s'insurgent contre le fait que 20 années après la promulgation de ce décret, régissant un autre type d'organisation, ils continuent pour certains en leur qualité de fonctionnaires cadres supérieurs d'être classés selon une grille des salaires révolue, comparativement aux autres secteurs ministériels, en leur qualité de fonctionnaires d’Etat. Ces contestataires affirment que «les primes et indemnités pour les cotisations de retraite restent immuables à notre détriment, tandis que la situation salariale et le pouvoir d'achat sont autres et radicalement différents de ceux de 1991, date de promulgation du décret précité ». A ce titre, ils demandent les revalorisations salariales et indemnitaires de l'ensemble des postes du secteur de l'hydraulique ainsi que ceux des postes supérieurs (subdivisionnaires, ingénieurs principaux, etc.) en tenant compte de certains facteurs à l'instar de la responsabilité et de la gestion des programmes publics. Il est demandé en outre la révision de l'actuelle grille des salaires avec son lot de primes et indemnités, et partant, la notification des rappels, en application des dispositions relatives aux corps techniques. Mieux, ces cadres exigent un éclaircissement des prérogatives, attributions, tâches et missions imparties à la fonction de subdivisionnaire. Ils demandent en outre la titularisation des fonctionnaires contractuels dans le corps technique. A la question de savoir quelle sera la réaction de ces fonctionnaires dans le cas de la non-satisfaction de leurs revendications, ces cadres déclarent que «le mouvement a une envergure et une ampleur nationales. Toutes les wilayas sont concernées. A défaut, nous maintiendrons notre contestation».
Plusieurs véhicules saccagés à Kerkouba
Un individu a été aperçu par une patrouille de police de Koléa au niveau de l'agglomération urbaine de Kerkouba, en train de s'acharner sur les vitres d'un véhicule en stationnement. Poursuivi, le malfaiteur fut vite rattrapé et arrêté en possession de diverses pièces de véhicules et d'outils. Agé de 26 ans et demeurant à Fouka, il aurait des antécédents judiciaires. Il convient de préciser que c'est après le recoupement avec les plaintes pour casse et vols de véhicules de plusieurs victimes que la police judiciaire de la daïra de Koléa avait pris en charge ce dossier. Les enquêteurs de la police judiciaire, après perquisition au domicile du mis en cause, ont retrouvé diverses pièces de véhicules. Les victimes ont identifié les pièces qui leur furent volées. Le voleur a été présenté devant le magistrat instructeur du parquet de Koléa, qui l'a placé sous mandat de dépôt.
Source Le Soir d’Algérie Larbi Houari

Le Pèlerin

Partager cet article

Repost0

commentaires