Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

24 juin 2011 5 24 /06 /juin /2011 06:08

Algérie - École d’application de l’infanterie de Cherchell : Sortie de sept promotions

cherchell-vue-aerinne.jpg

Le général-major Tafer Ahcène, commandant les forces terrestres, a présidé hier matin la cérémonie de sortie de sept promotions à l’Ecole d’application de l’infanterie à Cherchell. Après avoir procédé à la revue des carrés des stagiaires des promotions, baptisées au nom du chahid Dermouche, tombé au champ d’honneur le 6 octobre 1959 à Sour El Ghouzlane, le général-major Tafer Ahcène, accompagné des officiers supérieurs, a rejoint la tribune d’honneur où le commandant l’Ecole d’application de l’infanterie, en l’occurrence le colonel Mesbahi El Hadi, a prononcé une allocution de bienvenue. Dans son discours, le commandant de l’Ecole a mis en exergue l’immense intérêt qu’accorde le commandement des forces armées à l’enseignement et à la formation. Cette  attention particulière s’est traduite par la valorisation de la place qu’occupe son Ecole qui dispense une formation qualitative, dont la quintessence sert désormais de socle solide aux stagiaires des différentes promotions ayant suivi leur parcours à l’Ecole. A ce titre, le même officier supérieur souligne que « les sept promotions ont suivi une formation selon des méthodes pédagogiques les plus récentes, et ce dans différents segments, à la fois militaires et scientifiques. Cette approche nous a donc permis d’atteindre les objectifs tracés. Lesquels sont au demeurant, inspirés des orientations et des instructions du commandement militaire, sous-tendant notamment, la formation de cadres de haute compétence aptes à renforcer d’une manière qualitative et quantitative les rangs de l’infanterie». En s’adressant aux éléments formant les sept promotions en question, le colonel Mesbahi El Hadi a émis le souhait que le capital des connaissances acquis durant toute la durée de leur stage soit exploité et mis en application sur le terrain. « En ceci, nous en avons l’entière conviction. Particulièrement lorsqu’il s’agit de respecter scrupuleusement les lois et les principes militaires pour faire face aux difficultés et pour sortir victorieux des défis, notamment, l’extermination des dernières factions du terrorisme résiduel» déclare-t-il. Après la présentation du serment par les 7 promotions qui, à titre indicatif, comprennent des militaires stagiaires venus de pays étrangers, les présents ont assisté à une parade effectuée par les stagiaires diplômés. Juste après la clôture de la cérémonie, le général-major Tafer Ahcène a inauguré une exposition sur l’Ecole d’application de l’infanterie. Ses portes ouvertes ont permis aux invités de prendre connaissance des différentes activités ainsi que du matériel militaire et pédagogique utilisé pour la formation des stagiaires. Avec évidemment des simulations parfaitement exécutées par les élèves de l’Ecole. Par ailleurs, les promotions en question ont suivi chacune dans sa spécialité, des stages en perfectionnement, en application, pour l’obtention d’un brevet militaire deuxième degré commandement, d’un brevet militaire de deuxième degré, d’un brevet militaire de premier degré commandement, d’un brevet militaire de premier degré et enfin d’un diplôme militaire de deuxième degré.

Source Horizons Amirouche Lebbal

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires