Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

26 octobre 2009 1 26 /10 /octobre /2009 00:23

Algérie - Aïn-Tagouraït et Ahmer El-Aïn
Le Chenoua la nuit

Algérie - Décharge sauvage au bord de la mer à Aïn-Tagouraït Rafika Kahlal
Au quartier Khachni qui relève de la commune de Aïn-Tagouraït, wilaya de Tipasa, rien ne témoigne de la présence d’un service qui s’occuperait de l’hygiène et du bien-être du citoyen. «On ne dispose pas d’endroit bien déterminé pour jeter nos ordures, on a demandé des poubelles à l’APC mais aucune suite n’a été donnée à nos requêtes», nous dira un habitant du quartier.
Soulignons que l’été passé deux enfants d’une même famille ont été contaminés par des germes, apparemment après leur contact avec des animaux qui étaient sur les lieux de la décharge. Ne disposant d’aucun espace adapté pour les accueillir, les enfants rôdent un peu partout, s’exposant ainsi à toutes sortes de dangers. Outre le côté hygiène, les habitants déplorent le manque d’eau dans leur quartier : «Ce n’est qu’une fois tous les deux jours que l’eau coule de nos robinets, pendant seulement une à deux heures.» A ces problèmes s’ajoutent le manque de transport public et scolaire, l’inexistence d’une salle de soins et de structures de proximité. En attendant que les autorités prennent en considération les préoccupations des habitants de Haï Khachni, ces derniers prennent leur mal en patience tout en espérant des jours meilleurs.
Tipaza: Ce qui va changer à Ahmer El-Aïn par le Quotidien d’Oran Larbi Houari
La mise en œuvre du plan de développement, d'aménagement et d'urbanisme au niveau de la daïra de Ahmer El-Aïn, contribue à rehausser l'image d'une daïra anciennement à vocation essentiellement agricole.
Aujourd'hui, cette daïra composée des communes de Hattatba, de Ahmer El-Aïn, le chef-lieu de daïra, de la ville de Bourkika et de la commune de Sidi Rached, entend devenir un haut lieu du commerce agricole, mais aussi un grand bazar de l'électroménager avec la ville de Bourkika, réputée être un site de l'électronique à bon marché.
 Les disponibilités foncières dégagées sont de l'ordre de près de 300 hectares, dont près de 160 hectares dédiés au chef-lieu de daïra. Dans ce cadre, il convient de préciser que les 160 hectares de cette commune furent récupérés de plusieurs E.A.C. et d'une E.A.I. Plus de 14 hectares ont été consacrés à l'aménagement de logements sociaux locatifs et dans le cadre du PDAU, près de 300 logements. Toujours dans le cadre de ce PDAU, les équipements sociaux projetés sont importants à l'instar d'une mosquée d'envergure, d'un centre socio-culturel, d'un siège de la police urbaine, d'un siège pour groupement de la gendarmerie, d'un centre de formation, d'un centre pour PTT, d'une école coranique, d'une antenne administrative et d'autres équipements socio-culturels, d'une structure de la Protection civile, d'un siège de la CNAS, d'une crèche et d'une bibliothèque municipale.
Source Diverses Voir ci-dessus
Le Pèlerin

 

Partager cet article

Repost0

commentaires