Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

1 mars 2012 4 01 /03 /mars /2012 05:40

Le versant positif des intempéries

0-barrage-algerie.png

 

Le taux de remplissage de l'ensemble des 65 barrages en exploitation à travers le pays a atteint à ce jour 73% dont 26 remplis à 100%, contre 65% dont 18 remplis à 100% à fin janvier.

Sur les 65 barrages que compte le pays, 26 sont remplis à 100% grâce aux dernières chutes de neige et de pluie, ce qui correspond à un taux global de remplissage de 73%, a indiqué mardi le ministre des Ressources en eau,

Abdelmalek Sellal. Le taux de remplissage de l’ensemble des 65 barrages en exploitation à travers le pays a atteint à ce jour 73% dont 26 remplis à 100%, contre 65% dont 18 remplis à 100% à fin janvier, a précisé M. Sellal à la Radio nationale. Le ministre a également souligné que cette pluviométrie généreuse a profité aux eaux souterraines et à la reconstitution des nappes phréatiques. Concernant la sécurisation des barrages, M. Sellal a indiqué que ces infrastructures hydrauliques «sont construites de façon à contenir la quantité d’eau disponible», la meilleure preuve étant le barrage de Beni Haroun qui a atteint le volume record d’un milliards de m3. Toutefois, il a expliqué qu’à l’instar de l’ensemble des barrages du monde, des lâcher d’eaux se font et cela sous surveillance technique pour assurer la sécurité des riverains. M. Sellal avait déjà donné des assurances en janvier dernier lorsque le barrage de Beni Haroun avait commencé à évacuer le «trop-plein» dans les oueds et les bassins versants. «C’est naturel, et c’est fait exprès», a-t-il dit, appelant les riverains à prendre les précautions de sécurité d’usage, notamment en s’éloignant des abords du barrage. S’agissant des prochaines constructions de barrages avec leur système de sécurité pour les riverains, M. Sellal a précisé que l’emplacement d’un barrage est conditionné par la géomorphologie qui permet la rétention des eaux de pluies. Par conséquent, «pour prévenir les inondations des villes, il est impératif de se conformer aux normes de construction légales et éviter les lits des oueds, car la nature reprend inévitablement ses droits», a-t-il souligné. En outre, pour prévenir les villes contre les inondations, une étude est en cours de réalisation en collaboration entre le ministère et l’Asal (Agence spatiale algérienne) en vue de repérer les zones inondables, élaborer un programme de confortement des oueds là où la densité des populations est importante.

Les importantes précipitations (pluies et neiges) enregistrées depuis le début du mois de février sur tout le nord du pays ont permis de sécuriser la situation hydrique pour l’été prochain, avait assuré récemment M. Sellal.

Source Le Jour d’Algérie Ghani H.

Le Pèlerin

 

Partager cet article
Repost0

commentaires