Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

27 septembre 2010 1 27 /09 /septembre /2010 09:00

Hadjout (Ex Marengo) - Bidonville Maâmar Belaïd : Le relogement des habitants pour bientôt ?

hadjout 90 logements

 

Dans le cadre de la résorption de l’habitat précaire, la commune de Hadjout, wilaya de Tipasa, bénéficiera, selon, M. Mazouni Yacine, le président de la commune de Hadjout d’un nouveau programme d’habitat. Celui-ci sera destiné au relogement des familles habitant le bidonville de Maâmar Belaid et la Cité basse, située au sud de la ville en allant vers Meurad.

Ces deux quartiers populaires, datant d’avant-indépendance, n’offrent aucune commodité ni conditions basiques indispensables pour une vie normale. Les citoyens y résidant souffrent. Selon le témoignage de certains d’entre-eux, d’une promiscuité suffocante, puisqu’il n’est pas rare de trouver deux familles ou plus partageant un espace très réduit.
A Maâmar Belaid, bidonville situé au sein même du périmètre urbain de Hadjout, on recense pas moins de 400 familles. Celles-ci survivent dans des habitats précaires construits à l’aide de matériaux rudimentaires.
«Maâmar Belaid est le dernier bidonville encore occupé à Hadjout. Les autres ont été tous éradiqués. Pour en venir à bout, les autorités comptent entreprendre une opération de recasement au profit des ses habitants  ainsi que ceux qui habitent la Cité basse route de Meurad», confie le P/APC de Hadjout.
Pour autant, aucune date précise n’a été avancée par ce dernier au sujet de cette opération. Néanmoins, assure-t-il, dès qu’il y aura réception du programme de logements en question, le processus de recasement sera automatiquement enclenché.
Pour rappel, des opérations similaires ont été menées par les autorités locales à Hadjout. C’est le cas du bidonville de la Sempac en avril 2009 où 120 familles ont été relogées dans une nouvelle cité. En plus des 87 familles habitant deux autres bidonvilles, en l’occurrence le Douar Si Lyès et celui situé à proximité de la cité 18-Février.
Le programme  Relogement habitat précaire (RHP) a touché, dans la même commune, des habitants de la rue des frères Guendouz et la Rue Fettaka, dont les maisons risquent ruine. Toutefois, pour ce qui est de la future opération, le maire de Hadjout et un responsable des services de la daïra assurent que des enquêtes et un recensement ont été menés parmi les citoyens concernés et ce, afin d’écarter toute possibilité aux pseudos candidats de bénéficier indûment d’un logement.
«Le Douar Maâmar Belaid, par exemple, a bénéficié de 1984 à 1989 de trois opérations de relogements. 20 ans après, il est toujours habité. Afin d’éviter ce genre de situation nous avons procédé à un recensement précis.
L’objectif de cette démarche est d’éliminer des listes des bénéficiaires tout citoyen ayant déjà bénéficié d’un logement. Le même procédé sera également appliqué pour les autres sites», promet un responsable de la daïra de Hadjout

Source Horizons Amirouche Lebbal

Le Pèlerin

Partager cet article

Repost0

commentaires