Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

28 avril 2011 4 28 /04 /avril /2011 08:37

 

Foire de la Fraise à Tipasa - L’Algérie grand importateur de plants

tipasa-fete-de-la-fraise.jpg

La chambre d'agriculture de la wilaya de Tipasa a organisé, le 26 avril dernier, la 3e édition de la traditionnelle foire de la fraise.

 

Onze concurrents ont pris part au concours de la meilleure variété de fraise, comme la toudla, nayed, festival, vantana, viva, amiga, tortuna, ciba et carmela. Le secrétaire général de la chambre d'agriculture, M. Benzehra Abdelmoumen, a précisé lors de son allocution d’ouverture que «255 ha de terre ont été réservés à la culture de la fraise, essentiellement dans les localités de Douaouda, Fouka, Koléa, Chaïba, Bou-Ismail et Nador». Il indiquera que «le rendement moyen sous serre de la fraise est de 300 quintaux à l'hectare et que cette culture nécessite une main-d'œuvre importante. A ce titre, il rappelera que cette culture exige une occupation intensive, soit 194 jours. Selon M. Benhamadi, ingénieur agronome et président de la filière plasticulture, «l'Algérie reste un grand importateur de plants de fraise dont le prix avoisine les 15 à 20 euros le plant. Si notre pays développe la culture in vitro, à l'instar d'autres pays, notamment l'Egypte, le prix du plant serait divisé par deux, voire plus». Plusieurs fournisseurs d'intrants agricoles et de produits phytosanitaires tentent de sensibiliser les cultivateurs sur l'importance d'une lutte raisonnée contre les ravageurs, comme la teigne de la pomme de terre, la mineuse de la tomate et du poivron, des thrips qui sont de redoutables parasites de la fraise, du melon, de la pastèque et de la vigne. Plusieurs méthodes de lutte sont préconisées par les experts agricoles. A l'issue de la cérémonie de dégustation organisée par les entreprises concurrentes productrices de fraises, des participants ont été récompensés à l'instar de l'entreprise Hadjouti de Attatba, de l'EAC 26 de Cherchell et de cinq entreprises agricoles de Bou- Ismail. Il convient de noter que les entreprises agricoles de Hadjout, de Merad, de Sidi- Amar et de Douaouda avaient, quant à elles, présenté des variétés de fraises très appréciées pour leur goût, leur couleur et leur poids exceptionnel.

Source Le Soir d’Algérie Larbi Houari

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires